BUTTSHAKERS

 Comme son nom ne l’indique pas, “Buttshakers” est un groupe français. Originaire de Lyon, cette formation joue une soul puissante, un funk chaud servi par la voie charismatique de l’américaine Ciara Thompson. Rencontre.

 Musiculture : Le “Night Shift” de 2014 était déjà très impressionnant à l’image de leur titre “I Wanna Know”. Trois ans plus tard et les voici de retour avec “Sweet Rewards”. Mais pourquoi ce titre ? 

 Ciara Thompson : “La chanson et le titre sont venus après que j’ai eu mon premier enfant. Nous avions déjà commencé à travailler sur l’album, nous avions fini quelques chansons, et cette chanson est sortie de ce genre de “lueur” d’être une nouvelle maman, d’avoir votre premier enfant et comment cela change votre perspective. Cela semble un peu idiot, mais ça m’a appris l’amour réel et inconditionnel. Et cet amour vraiment désintéressé m’a enseigné que tout le travail et l’effort et le temps que vous mettez dans ceux que vous aimez (dans ce cas un enfant) dans la vie, le temps et l’effort que vous leur consacrez, tout cela sera récompensé. Les gens dans nos vies sont nos récompenses, quelque chose de précieux à chérir. Nous nous sommes sentis comme récompensés après presque une décennie à jouer ensemble. Ce groupe est vraiment un travail d’amour, et notre continuation  en tant que groupe est notre récompense. Que le public souhaite toujours nous voir jouer, qu’il ait envie d’entendre notre musique, c’est une telle récompense pour nous. Les gens semblent vouloir une satisfaction immédiate, que ce soit dans leur travail, dans leur vie amoureuse, avec leurs amis ou leur famille, mais la vie n’est pas comme ça. Cela prend du temps et nous investissons vraiment dans l’un comme dans l’autre pour que nos vies soient riches.

 M : “Buttshakers”, c’est un peu Charles Bradley et Sharon Jones qui retrouveraient Electro Deluxe en studio. La section de cuivres omniprésente est irréprochable, les claviers vintage à souhait et le “groove” furieusement 70’s grâce à une section rythmique redoutable. Vous avez écouté quoi avant de vous lancer ?

 C.T. : Ohhh, question difficile. Je ne peux pas répondre pour tout le monde, car en général, nos goûts sont si éclectiques. Nous sommes évidemment inspirés par ce que nous écoutons, et cela ressort de notre musique. Nous sommes tous inspirés par les piliers de la musique soul, comme James Brown, Aretha Franklin, Etta James, Otis Redding, Sam Cooke, Ray Charles, Little Richard, etc. Et puis chacun d’entre nous éclate dans ses propres petits coins de styles: jazz, afrobeat, punk, country. Personnellement, j’essaie habituellement d’écouter les choses de façon très éloignée de ce que je fais pour ne pas être trop contaminé. Pendant que nous travaillions sur cet album, j’ai écouté beaucoup de folk et de rap: Joanna Newsome, Nico, Angel Olsen, Azelia Banks, Remy Ma, Angel Haze. Mais, les deux constantes que j’écoute tous les jours sont Nina Simone et Wendy Rene. 

  M : Des lyonnais avec une chanteuse originaire de St Louis : ça arrive comment ce genre de rencontre ?

 C.T. : J’étais à Lyon pour mes études, et au début de mon séjour, je traînais pas mal au bar du coin appelé Le “Trokson”. J’ai rencontré le guitariste originel Julien Masson à l’automne 2007. Nous avons commencé à jouer ensemble, à faire des reprises. Vincent Girard était un ami de notre trompettiste Julien de Saint Jean et il a rejoint le groupe en 2009 en tant que bassiste. Nous avons beaucoup tourné au cours des années suivantes, avec beaucoup de changement. Nous avons retrouvé un “line-up” solide en 2011 avec Sylvain Lorens à la guitare et Josselin Soutrenon à la batterie. Et depuis, la route est belle.

 M : “Night Shift” est un album engagé qui traite de révolte, de tensions raciales et d’injustice. Bref un climat actuel proche du contexte américain dans les années 1970, comme leur musique. Une importance particulière pour vous la décennie 70 ?

 C.T.J’ai vraiment l’impression que nous avons rétrogradé dans les années 70 à bien des égards (politiquement, musicalement, et même culturellement, il y a une tonne de nouvelles séries télévisées sur les années 70 – “Vinyl” de Scorseses ou “The Deuce”). Les années 70 sont de retour et c’est un peu effrayant, parce que c’était un environnement politiquement très hostile, et il y avait du disco (blah) … Aucun d’entre nous n’était vivant dans les années 70, mais ce que nous avons appris en voyant cette période, ça semblait déchirant. Les ondes “positives” des années 60 (mouvement “hippie”, début des “Black Panthers”, MLK) se sont heurtées à une fin brutale et violente, avec une vague d’assassinats (JFK, MLK, Malcom X), une récession mondiale, de nouveaux conflits dans le Moyen-Orient, etc. Nous commençons à voir le côté laid de toute cette action sociale, je pense que les gens étaient fatigués de se battre et blessés par ce qui leur semblait incontrôlable. Alors oui, l’environnement social, politique et économique actuel reflète vraiment ce qui se passait dans les années 70.

Je ne dirais pas que les années 70 sont une période particulièrement importante pour nous en tant qu’artistes, mais nous sommes certainement inspirés par les artistes et les mouvements qui se passaient dans les années 70. Ce qui se passe chez Marvin Gaye et Curtis Mayfield nous a définitivement inspirées, ou “Papa was a rolling stone” des Temptations, ou l’album « Innervisions » de Stevie Wonder. Pareille, Gil Scott Heron et Nina Simone étaient à leur apogée musicale à cette époque. Alors oui, ces artistes, comme les premiers artistes rock’n’roll des années 50 et 60, nous inspirent vraiment.

 M : A l’été 2014, Michael Brown, jeune homme de 18 ans, non armé, est abattu par un policier. Six balles dans la tête et le buste pour un vol de cigarillos…ça fait cher la boîte ! Des émeutes s’en suivront et l’état d’urgence sera décrété par le gouverneur de l’état. Les “buttshakers” reviennent sur ce drame avec un clip superbe. L’histoire se répète étrangement vous ne trouvez pas ?

 C.T. : Malheureusement oui. Et c’est quelque chose que nous abordons dans le clip. Nous avons mélangé des images des manifestations de Michael Brown avec des manifestations qui ont eu lieu récemment cette année après qu’un autre coup de feu de la police prit fin par un autre acquittement de l’officier (le verdict était en septembre 2017.) Depuis, il y a eu des manifestations importantes. Pourtant, tout cela s’est passé sans couverture médiatique, comme si de rien n’était. En même temps, il passe beaucoup des choses aux États-Unis en ce moment pour attirer l’attention des gens ailleurs…

Cela étant dit, l’une des questions sous-jacentes de la chanson était: pourquoi ces événements ne cessent de se répéter ? J’ai l’impression qu’il y a une ligne de démarcation entre les gens qui croient que le racisme est un problème “passéiste” et un autre qui pense que c’est l’un des principaux problèmes du pays. Il y a eu ce genre de phénomène après l’élection d’Obama, comme si les problèmes de race aux États-Unis n’étaient plus qu’un souvenir. Ainsi, lorsque des événements comme le meurtre de Michael Brown et Trayvon Martin et l’étranglement d’Eric Garner ont eu lieu, beaucoup de gens ont estimé que les manifestations et les émeutes étaient injustifiées. Il y avait cette mentalité comme: “Eh bien, nous avons un président noir, alors pourquoi tous ces gens se révoltent-ils?” Mais le problème est plus profond que cela. Dans la chanson, je dis: “La fracture que nous avons niée, ça vient du coeur”. 
Il y a cette division en Amérique et St Louis est un excellent exemple de la façon dont la division économique, sociale et raciale aux États-Unis crée cette atmosphère très tendue et explosive.

Nous ne prétendons pas avoir de réponse à ce problème et je ne pense pas qu’il y ait une seule bonne réponse. Mais un moyen important de changer est de chercher le changement. Nous devons donc continuer à poser des questions, et cela doit rester dans la conscience nationale pour que les choses changent. Et continuer à se battre et confronter ses problèmes, jusqu’à ce qu’il se passe quelque chose. Le silence est une forme de complicité, nous devons donc parler quand nous voyons un problème.

La mort de Michael Brown vient de rouvrir une blessure qui a toujours existé aux États-Unis. Et jusqu’à ce que nous puissions en parler ouvertement et chercher de vraies solutions, ces événements continueront à se produire.

 M : Comment s’est passé le tournage à St Louis ?

 C.T. : C’était génial, nous avons pu tourner dans quelques-uns de mes endroits préférés autour de la ville (le musée d’art de St Louis, le pont d’Eads, le parc de Benton, le district de Cherokee). Je rendais visite à la famille pendant un mois, donc nous avons eu le temps de vraiment chercher dans la ville des repères plus “iconiques” (comme l’Arche) et plus “du pays” (endroits que seuls les locaux connaissent).

 M : En 1969, James Brown enregistrait l’hypnotique et cultissime “Funky Drummer” un an après l’assassinat du pasteur Martin Luther King et après de sévères émeutes raciales. Depuis les Etats-Unis n’ont jamais été en paix avec le sujet. Pire ! Cinquante ans après, ils semblent en être exactement au même point. Le sujet semble être important pour les buttshakers. Et sinon, le nouvel album traite de quels sujets ?

 C.T. : Je ne sais pas si les choses sont pires, mais elles sont définitivement restées les mêmes. Avec Internet, tout semble plus omniprésent. Nous sommes tellement “connectés” et les gens ont vraiment pris l’habitude de filmer tout ce qu’ils voient et même les pires comportements humains sont maintenant disponibles pour toute personne ayant une connexion Internet.
 C’est pourquoi tous les sujets politiques dont nous discutons semblent si rétro. Je veux dire, nous sommes en 2018 et nous luttons toujours pour l’égalité des salaires entre les sexes, l’égalité raciale, l’accès abordable à des soins de santé et de contraception. Et c’est seulement la partie émergée de l’iceberg. Nos opinions politiques ont changé au fil des ans, mais nous avons toujours été très sensibles au monde qui nous entoure.

Je suis vraiment heureux de voir des mouvements “grassroots” comme #metoo et #TimesUp commencer à prendre un réel espace dans la société. Les femmes s’expriment et agissent contre les agressions sexuelles et le harcèlement. Et disent vraiment “assez c’est assez”. Nous n’accepterons plus d’être des objets. Cette (je suppose) quatrième vague du féminisme est nouvelle et vibrante et reprend vraiment là où les premiers mouvements s’étaient arrêtés. C’est quelque chose dont nous parlons dans la chanson “What You Say”. Le but de cette chanson est de dire que ce que vous dites et ce que vous faites a de réelles conséquences et effets sur les gens. Les femmes doivent se rassembler pour se soutenir mutuellement et soutenir chaque voix individuelle, et les hommes doivent se tenir derrière nous et soutenir cette unité et cette force. Il ne s’agit pas de dresser les hommes et les femmes les uns contre les autres, mais de relever tout le monde.

 Sinon, le reste d’album reste très “classique” pour la soul. Nous parlons d’histoires d’amour, de chagrins et de passer à autre chose. La vie quoi !

Merci

Merci à vous !

Christophe

 Buttshakers “Sweet Rewards” (2018, Underdog Records)*** . Sortie : Février 2018 Acheter FNAC

Artistes du même genre ou de la même époque : Nicole Willis, Haggis HornsBusty And The Bass, Brooklyn Funk Essentials, Pimps Of Joytime, PJ Morton, Sharon Jones, Charles Bradley, Electrophazz…

Laisser un commentaire