Dr RUBBERFUNK

Mine de rien, le Dr Rubberfunk officie déjà depuis presque 17 ans. En effet, le premier album “First Cut” date de 2003.

Derrière ce pseudo se cache l’anglais Simon Ward. Des débuts comme DJ dans les années 1990 puis sorti d’un premier maxi en 2001. Trois albums depuis, de la production pour d’autres et une belle collaboration avec le chanteur soul britannique Roachford. C’était en 2011.

Voilà donc le petit “british”, blanc à l’extérieur et noir à l’intérieur, au look d’ado. Tant mieux ! Le monsieur nous sort des rythmiques incroyables dignes d’un “Break Dance Electric Boogie” des West Street Mob, voir si j’osais un peu d’un “Funky Drummer”. Si ! si ! c’est sur “Pressure Cooker”. Ici, aucun répit. Un enchainement de douze titres tous aussi bons les uns que les autres avec le “groove” pour maitre mot. La ligne de bass de “Slim’s Mood”…Et celle de “Little Blahzay”. Et le sax sur “Canvas Cathedral”…Percussions, cuivres, bass, batterie, tout est joué pour atteindre la soul parfaite. Une réussite totale.

Pour les voix, le spectre est large. Chant tantôt brut façon “Tower Of Power”, tantôt chaud dans la lignée de l’école “acid-jazz” des années 1990, tantôt sexy comme du temps de Vicky Anderson.

“My Life At 45”, titre de ce nouvel opus, est un album profond, puissant, un brin nostalgique, une machine à remonter dans le temps. Belle illustration pour les 45 ans du docteur. Chapeau bas !

Dr Rubberfunk “My Life At 45” (2020, Jalapeno)*** Acheter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.