le JAZZ IS DEAD de ROY AYERS

L’incontournable vibraphoniste Roy Ayers est de retour avec une équipe toute neuve pour un album qui s’annonce comme majeur dans sa longue carrière.

Avec lui, Adrian Younge et Ali Shaheed Muhammad.

Originaire de Los Angeles, Adrian Younge s’est révélé en 1996 dans le milieu hip-hop. D’abord “beatmaker”, il se tourne ensuite vers la composition, la production et devient musicien lui-même (bass, claviers). Il sort son premier album solo en 2000 (“Venice Dawn”) puis s’intéresse à l’époque “Blaxploitation” avec l’album “Black Dynamite”, bel hommage au genre. RZA et DJ Premier se sont inspirés de son travail après avoir été ses modèles dans le métier.

Ali Shaheed Muhammad quant à lui est de Brooklyn, New-York. Il débute comme DJ avant de rencontrer Q-Tip. Ensemble, ils forment le groupe rap “A Tribe Called Quest“. Un palmarès et un parcours désormais historiques dans la culture hip-hop. Il est également un producteur très respecté (D’Angelo, Lucy Pearl, Angie Stone, Mos Def…). Depuis quelques années, il travaille en étroite collaboration avec Adrian Younge.

Voilà donc ces deux prodiges avec la légende Roy Ayers. Celui qui a commencé en 1963 a surtout marqué les années 1970. Depuis le début des années 2000, il était entré dans une retraite bien méritée. Pour ses 80 ans, il a estimé le moment venu pour s’exprimer de nouveau. Il semble qu’il ait eu raison car ce nouvel opus est brillant.
2020 n’est pas si éloignée des années de ses débuts. Le contexte politique, social et économique semble ne pas avoir changé. La lutte des noirs pour leurs droits et contre les violences policières est terriblement actuelle. De son côté, il revient à une musique acoustique, soul, très africanisée, loin de ses égarements des 80’s. Une musique authentique, un retour à l’essentielle, aux sources de la musique noire urbaine.
Huit titres écrits avec Younge et Muhammad et enregistrés dans les studios de Younge à L.A.. Le retour aux sonorités de sa grande période commerciale des 70’s est flagrant. On pensera à “Red Black & Green”, “Everybody Loves The Sunshine” ou à “Running Away”, entre autres.

Un voyage musical, preuve éclatante de sa grande vitalité artistique. Un album plus que nécessaire dans le contexte actuel. Beauté, respect, fierté de ses origines, reflection sur la situation des noirs aux USA…Autant de thèmes abordés sur fond de “groove” parfaitement maitrisé par le batteur Greg Paul.
Un musicien légendaire à l’héritage déjà énorme nous prouve qu’il a encore beaucoup à donner. Une leçon qui force le respect, un modèle pour les nouvelles générations.

Roy Ayers Adrian Younge & Ali Shaheed Muhammad “Jazz Is Dead” (2020, Jazz Is Dead)*** Acheter

Artistes du même genre ou de la même époque : George Duke, Hubert Laws, Ramsey Lewis, Bobby Lyle

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.