1963-2020 : A TRIP TO DETROIT

Detroit, plus grande ville de l’état du Michigan a été fondée par un Français : Antoine de Lamotte-Cadillac, marchand de fourrures. Elle est cédée aux Etats-Unis en 1796. Aujourd’hui, moins de 1 million de personnes y vivent.

Au XXème siècle, la ville connait une croissance exponentielle grâce à l’industrie des chars et des voitures. Elle a été un lieu de tensions raciales explosives dès le début du siècle. À partir des années 1940, la population blanche quitte Detroit tandis que la population noire devient très majoritaire. Pas étonnant donc que Detroit soit la ville où le premier maire noir ait été élu et où le label « Motown » ait vu le jour.

Dans les années 1960, les terribles émeutes raciales suivies des deux chocs pétroliers des années 1970 auront raison de l’industrie automobile, principal employeur de la ville. Les Japonais imposent une concurrence féroce. Les pertes financières sont si terribles que la ville est en situation de faillite. La crise des « subprimes » des années 2000 achèvera le travail mettant à la rue des familles surendettées. Les maisons abandonnées se multiplient tout comme les friches industrielles.  La ville se vide et la violence prend le dessus. Le rap devient la musique la plus populaire à Detroit emmenée par Eminem et Slum Village.

Si la Soul et le rap viennent vite à l’esprit lorsqu’on pense à Detroit, la ville a aussi été un haut lieu des musiques électroniques. Après Chicago, autre ville du Nord proche du Canada, Detroit est un relais important de la House Music. Mais la sienne est plus dure, plus industrielle et mécanique et mènera à la techno de Derrick May, Juan Atkins, Kevin Saunderson, Jeff Mills et Carl Craig. De nos jours, Waajeed est un digne héritier de la première génération.

Enfin, Detroit est aussi un haut lieu du Rock et le berceau du courant Punk américain. Les MC5 sont de Detroit…

Detroit est une ville violente, rebelle mais aussi très humaine. Comme la plupart des villes du Nord des USA, son climat est rude, été comme hiver. La crise est toujours là mais de nombreuses initiatives laissent entrevoir un avenir plus lumineux.

Edwin Starr « 25 Miles  » (1969, Motown) Acheter

Stevie Wonder « Stubborn Kind Of Fellow » (1963, Motown) Acheter

The Temptations « My Girl » (1965, Motown) Acheter

KEM « Miss You » (2003, Motown) Acheter

Marvin Gaye « Sexual Healing » (1982, Sony) Acheter

Slum Village « Climax » (2000, GVR) Acheter

Slum Village featuring Dwele « Star » (2002, Capitol) Acheter

Eminem « In Too Deep » (2020, Aftermath / Interscope) Acheter

Waajeed « From The Dirt » (2018, Fat City) Acheter

Juan Atkins « Urban Tropics » (1991, ULR)

 

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.