BUGGE WESSELTOFT : Le jazz venu du froid.

 

buggebugge 1

 

Rencontre avec un créateur génial. Entre jazz et musiques electroniques, il a lancé de nombreux artistes sur son label “Jazzland” ces quinze dernières années.

Quelle est la situation de votre label aujourd’hui?

Bugge Wessltoft : « Jazzland » (mon label) se porte plutôt bien ! Hormis le fait que les magasins de musique disparaissent (FNAC sera le suivant ?). Nous vendons le même nombre de titres que par le passé. Pas un grand nombre, ça n’a jamais été l’objectif, mais suffisant.

Comment choisissez-vous les artistes?

B.W. : D’habitude, je cherche le talent. Si un artiste a ce « truc » spécial, j’adore ça ! Que ce soit sur Jazzland ou sur un autre label. Il faut aussi que la musique puisse être jouée « live ». Dans la musique d’aujourd’hui, il est urgent de bien jouer et de jouer « live ».

Au sujet du nouvel album, comment écris tu?

B.W. : Ma musique est surtout de l’improvisation. Alors j’essaie d’utiliser des idées simples…Une corde ou juste une vibration et j’en fais une chanson. La plupart de mes albums sont le résultat de mon travail en concert.

bugge 2

Comment définiriez-vous cet album? Quoi de différent avec les précédents ?

B.W. : Mon nouvel album « Playing » est mon second album en piano solo avec de l’électronique. Le premier, « IM » était à l’évidence mon premier essai. Je me sens plus à l’aise maintenant avec ce format et en même temps, j’ai encore beaucoup de chemin à parcourir. Et c’est bien ! Sinon, je m’ennuie…

Le CD, c’est important pour vous?

B.W. : Le CD n’est pas si important. Je n’ai jamais aimé ce support de toute façon. Je préfère même la cassette au CD.

bugge 3

Quand j’écoutes votre musique, il m’est difficile de deviner vos influences : Qui vous a donné envie de devenir musicien ?

B.W. : Oh…J’ai beaucoup d’influences !!! Je viens du jazz par mon père qui est guitariste de jazz. Ensuite, je suis passé par de nombreuses musiques. Electronic, world et musique classique contemporaine sont mes principales influences : La techno de Detroit –la base-, la musique du monde d’Asie Centrale (Perse, Turquie, Arménie, Azerbaïdjan…) mais aussi John Cage ou Pierre Henry Chiarinnio. Mais merci ! J’essaie très très dur de développer mon propre son. Nous avons tous besoin d’influences : L’art est de les transformer en quelque chose de personnel.

Vous avez commence avec des groupes punk puis vous êtes arrivé au jazz et à l’électronique : Est-il possible d’imaginer Bugge jouant une musique totalement différente dans le futur ?

B.W. : Hm…J’espère que oui. J’espère que je serais capable de faire évoluer ma musique pendant de longues années encore…J’ai déjà quelques idées étranges.

Quand vous ne travaillez pas, qu’aimez vous faire?

B.W. : Skier…Cuisiner…Être avec ma famille…Me détendre au bord de la mer.

Pourriez-vous nous donner les cinq albums que vous emmèneriez avec vous sur une île déserte ?

Hm…Je ne prendrais pas de musique. J’adore les sons de la nature. Mais si je dois vous citer cinq de mes albums favoris :

1. kind of blue – miles davis

2.Talking Book – stevie wonder

3.killing me softly – roberta flack

4.the flat earth – thomas dolby

5.the pearl – brian eno / harold budd

Interview réalisée à l’occasion de la sortie de son album “Play”.

Rendez visite à Bugge Wessltoft  

Christophe “DJ Kauj” Augros.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.