Dajla

DAJLA Chanteuse, bassiste, pianiste, auteur et compositeur, Dajla Lalia ouvre une porte dans l’univers de la soul française. Les compositions mêlent savamment spoken word, Jazz et Blues, et les mélodies Soul flirtent avec les productions Afro/Hip-Hop de son acolyte Benjamin “Benji Blow” Bouton.

soulpoetry C’est l’”Afrodelic Soul”… telle qu’elle aime décrire sa musique.

Dajla se nourrit des disparités sonores, exacerbant sa propre identité vocale en explorant les genres. Ses textes sont le reflet du monde qui l’entoure, pour le meilleur et pour le pire: l’écriture lui permet d’exorciser la frustration, les mots transcendent la violence pour crier la paix, l’espoir et l’humanité, seules alternatives possibles à un monde dominé par le pouvoir, les “ego trips”, la soumission à l’argent et l’aliénation, les raccourcis vers le bonheur…

Dajla et Benji nous livrent une soul qu’ils veulent humaine, cosmique, universelle. Une chose est sûre, leur soul est dans la tradition de la grande époque de cette musique avec des elements des décennies suivantes comme le hip-hop, la new-jack ou la nu-soul. C’est cette recette inédite en France qui fait sa force.

Née d’une mère franco-américaine-gitane et d’un père kabyle-tunisien, Dajla grandit en écoutant leur collection de disques Soul, R’n B, Blues, Rock… Elle se met au piano à 6 ans et rejoint l’ensemble de jazz avant de voler de ses propres ailes. C’est la basse qui lui en donne l’occasion. Bassiste dans diverses formations, sa rencontre à 18 ans avec Angelo Moore et la musique du groupe californien Fishbone marque le début d’une longue aventure. Fascinée par cette énergie live, par l’incarnation passionnée de la musique sans restriction, c’est à Paris puis en Angleterre que Dajla se forge une expérience.

À Londres, tour à tour clavier (One Hundred Men/rocksteady), puis bassiste/choriste (Z Star), elle contribue à plusieurs formations sans toutefois trouver sa place. Ses voyages à Los Angeles, NYC, la renforcent et ses rencontrent et collaborations avec des musiciens de tous horizons lui donnent l’énergie et la confiance dont elle aura besoin pour assumer son rôle de chanteuse. Ce n’est que de retour en France qu’elle trouve l’alter ego qu’elle attendait. En avril 2004 elle rencontre le producteur multi-instrumentiste Benji Blow. Elle intègre le groupe de Hip-Hop live S.A.T. (Sumerian Atlantic Tribe/EP “Solid” sorti en 2005) et commence une nouvelle collaboration avec Benji. La magie opère instantanément.

En 2005, c’est Jean-Louis Brossard, le programmateur des “Transmusicales”, qui le premier décèle le potentiel de son projet et la propulse parmi les découvertes du festival. Le producteur/DJ Wax Tailor la remarque à son tour et lui ouvre les portes de son label “Under Cover Music”. Cette aventure aboutira en mai 2006 sur un premier album 12 titres: “Soul Poetry” (Under Cover/ Naïve). Superbe !

En 2007, Dajla est sollicitée par le danseur chorégraphe franco-gabonais Herwann Asseh pour la création et l’interprétation de la musique de son spectacle autour du thème du métissage, intitulé “99”. Après plusieurs voyages à Libreville au Gabon, Dajla et Benji composent ainsi la bande originale du show ; depuis mars 2008 Dajla assure le chant et la basse sur scène aux côtés d’Herwann Asseh, en tournée à travers le globe.

meaning of life

Ce retour en Afrique donne naissance au 4 titres “The Motherland” (nov. 2008/Underdog records-La Baleine) et annonce l’univers de son album suivant : “The Meaning of Life” produit avec Benji Blow et entourée d’invités de marque.

Depuis, peu de nouvelles, malheureusement…

Laisser un commentaire