Le Funk De Minneapolis.

prince De son vrai nom Prince Rogers Nelson, il est né dans le nord de Minneapolis en 1958. Le nom de Prince lui vient de ‘The Prince Rogers Jazz Trio’, groupe dirigé par son père. A l’âge de quinze ans, il joue déjà du piano, de la bass, de la guitare et de la batterie !

Ses premiers enregistrements ont lieu avec le groupe “94 East” dans lequel on trouve également l’artiste Colonel Abrams. Ses “k7 demos” (à l’époque on utilise la K7 !) lui rapportent un contrat historique avec Warner. Ses plus grands succès verront le jour sur ce label. C’est le cas de For You ( 1978 ), Prince ( 1979, avec les hits “I Wanna Be Your Lover” et “I Feel For You”, repris plus tard par Chaka Khan ), Dirty Mind ( 1980 ), Controversy ( 1981 ), 1999 ( 1983, avec le hit “Little Red Corvette” ), Purple Rain ( 1984, avec les hits “When Doves Cry”, “Purple Rain” et  “I Would Die For You” ), Around The World In A Day ( 1985, avec les hits “Let’s Go Crazy”, “Paisley Park”, “Raspberry Beret” et “Pop Life” ). C’est également le cas de Parade ( 1986, avec les hits “Kiss”, “Mountains” et “Girls And Boys” ), Sign Of The Times ( 1986, avec les hits “Sign Of The Times”, “If I Was Your Girlfriend”, “U Got The Look” et  “I Could Never Take The Place Of Your Man” ), Love Sexy ( 1988, avec les hits “Alphabet Street”, “Glam Slam” et  “I Wish You Heaven” ), Batman ( 1989, avec les hits  “Batdance”, “Party Man” et “Arms Of Orion” ).

L’album “Purple Rain” se vend à plus de dix millions d’exemplaires et reste N°1 des ventes pendant vingt-quatre semaines ! Il passe au rang de superstar avec cet album pop. Avant “Purple Rain”, Prince était un artiste funk à l’attitude sexuelle très provocatrice. Avec cet album, il devient un artiste fréquentable au public plus large. C’est aussi un album qu’il a conçu avec son groupe “The Revolution”. Avant, il faisait tout seul.

En 1987, il créait son propre label baptisé “Paisley Park” et signait de nombreux artistes comme The Family, Sheila E., Madhouse, Eric Leeds, Mavis Staples et The Time. Il écrivait, composait et produisait la plupart des albums de ces artistes. Une identité de label est mise en place. Un son immédiatement identifiable, entre jazz et funk et une charte graphique propre au label. On peut comparer le label “Paisley Park” au label “C.T.I.” de Creed Taylor crée dans les 70’s. Une de ses plus belles réussites sera l’album de Mazarati, groupe de son bassiste et ami Brownmark.

A la fin des années 80, sa carrière continue avec l’album Diamonds & Pearls ( et les hits “Get Off” et “Diamonds & Pearls” ). Ensuite, de sérieux différents interviennent avec Warner. Il change de nom pour pouvoir signer un contrat avec une autre maison de disques : Il se fait appeler “The Artist”. Le label “Paisley Park” n’a pas eu le résultat commercial attendu par Warner et il ferme ses portes. Prince décide de changer de nom pour enregistrer ailleurs. Son contrat a été signé sous le nom de “Prince” avec Warner mais rien n’empêche “The Artist” d’enregistrer des albums pour d’autres! C’est ce qu’il fait sur son label NPG avec le hit “The Most Beautiful Girl In The World”, gros succès de l’année 1994.

npg

Entre temps, fini “The Revolution”. Prince a formé un nouveau groupe, le “New Power Generation”. Sûrement le meilleur et plus polyvalent des groupes qu’il ait eu à ses côtés. Leurs albums solo sont des oeuvres jazz / funk à posséder bien que très rares aujourd’hui.

NPG 2

Ensuite, sortie du “Black Album“, oeuvre très funk et experimentale pour les fans des débuts. Puis, c’est l’album très rock “Gold Experience” qui voit le jour. Là, les fans de base ne sont pas au rendez-vous. Même chose avec “Chaos & Disorder” en 1996. Cet album rock est le dernier pour Warner. Enfin, l’artiste est libre. Il le fait savoir avec un album 3cd magistrale : “Emancipation”. L’album voit le jour sur son label NPG et contient des classiques de sa carrière. Mais, à la même époque, Prince fait une déclaration qui surprend le monde de la musique : Désormais, il n’écrira plus de chansons. Il a 500 chansons en stock. Il passera les années suivantes à les commercialiser. C’est exactement ce qu’il a fait…

gold exper   prince

En 1998, le désormais culte et rare “Crystal Ball” n’est qu’un “assemblage” de titres écrit depuis longtemps. Des chutes inutilisées au cours des années. Chutes, oui, mais chutes de qualités. “New Power Soul” sort trois mois plus tard mais sans succès. La plupart des gens n’ont pas eu connaissance de sa sortie. Pas de promo, pas d’information et Prince en fait l’amère expérience. Il nous livre ensuite deux oeuvres magistrales, des chefs d’oeuvres de sa carrière : Le “Rainbow Children” de 2001 (avec une pochette aussi somptueuse que le contenu) et le “N.E.W.S.” de 2003. Le premier est très orienté jazz. Le deuxième contient quatre titres instrumentaux où le plaisir de jouer est palpable. Les fans de la première oeuvre retrouve la période “Mad House”, groupe de son saxophoniste Eric Leeds signé sur le label “Paisley Park”. Superbe!

news crystal ball

Toujours en 2003, il renoue avec le succès à grande échelle grâce à l’album “Musicology”. Sur le modèle “Crystall Ball”, Prince arrange des titres écrits presque dix ans plus tôt. Succès! L’album est dans les dix meilleures ventes d’albums aux Etats-Unis et il reçoit la récompense de “meilleur chanteur de l’année”. Presque vingt ans après le succès mondial de “Purple Rain”, pas mal!

Depuis, Prince donne priorité à la scène. Il a pris sous son aile une chanteuse (Tamar) et repris des collaborations avec Wendy, Lisa et Sheila E.. Son album “3121” se classait N°1 des ventes en 2006 tout comme “Planet Earth” en 2007. Et cela sans aucune promotion. En 2009, “LotusFlow3r“, album composé de 3cd se classait N°2 des ventes. Sur ces trois cd, un était consacré à ses talents de guitariste, un deuxième au funk de Minneapolis façon année 80 et un troisième donnait la part belle au R&B contemporain et à la chanteuse Bria Valente.

lotus

Prince a prouvé qu’un artiste peut aujourd’hui vivre sans l’appui d’une grande maison de disques. Un artiste peut vivre en gardant la main sur ses droits d’auteur grâce à un public de base fidèle. Entre 1978 et aujourd’hui, il a été l’artiste le plus prolifique depuis James Brown. Il a su alterner les succès commerciaux et les albums plus intimistes conçus pour le plaisir de jouer sans penser au succès. Son intelligence est aussi importante que ses talents de musicien. Comme lui disait Miles Davis : “Don’t Lose Your Mind”!.

FLYTE TYME

Les autres maîtres du funk de Minneapolis étaient Jimmy Jam & Terry Lewis. Installés à Edina, petite ville dans la banlieue de Minneapolis. Ils quittent leur groupe “The Time” pour se lancer dans la production et dominent les années 80 et le début des 90’s.

Christophe Augros.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.