E.P. de Robin Thicke et autres nouveautés

Robin-Thicke-Blurred-Lines-2013-1500x1500

Fils de la chanteuse Gloria Loring, Robin Thicke a grandi à Los Angeles dans les années 80 et 90. La rencontre avec Andre Harrell, alors président du label “Bad Boy” est déterminante.

Il écrit des chansons pour Christina Aguilera, Mya, Brandy, Marc Anthony et Jordan Knight. En 2000, alors âgé de 25 ans, il réalise son rêve en préparant un premier album solo intitulé “Cherry Blue Sky”. Il voit le jour en 2002 sous le titre “Beautiful World”.

Deux ans plus tard, il travaille avec la star de la production Pharrell Williams et enregistre “Wanna Love You Girl”. Cette collaboration mène au superbe album “Evolution of Robin Thicke” de 2006, véritable succès international.

Entre 2008 et aujourd’hui, les albums suivants auront le même succès auprès d’un public avide de soul et de hip-hop. Ce fan de Marvin Gaye est de retour avec “Blurred Lines”, un mini album de 6 titres sur lequel on retrouve Parrell et T.I.. A découvrir ici.

charles-bradley-victim-of-love

CHARLES BRADLEY : La réincarnation de James Brown.

Né en 1948 en Floride, USA, Charles Bradley grandit à Brooklyn, New-York. Son éducation se fait dans la rue. La révélation a lieu en 1962 à l’Apollo de Harlem lorsque sa soeur l’emmène voir James Brown. L’energie du roi de la soul le marque pour toujours.

Il occupe différents métiers sans jamais oublier la musique. Après un séjour en Alaska, il revient à New-York et se produit dans de petits clubs où il attire l’attention de Gabriel Roth du label “Daptones“. “Take It As It Comes”, premier single voit le jour. Ensuite, Bradley rencontre Thomas Brenneck , guitariste, auteur et producteur. Le duo trouve le bon rythme et la bonne méthode de travail. Après quelques singles, l’album “No Time For Dreaming” sort en 2011 et reçoit un superbe accueil de la critique et du public. De la soul authentique, façon années 60.

Ce nouvel album, “Victim Of Love” est superbe, plus varié que le précédent. On y retrouve les influences des productions “Stax“, des sons de bass très “groovy”, des sons de claviers “vintage” et beaucoup d’émotions dans la voix. Conseillé à tout amateur de soul.

One comment

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.