the man Barry WHITE

barry

Né à Galveston, Texas, Barry White a grandi en chantant le gospel avec sa mère. Il apprend seul à jouer du piano.

A onze ans, après avoir quitté le Texas pour s’installer dans le quartier de South Central de Los Angeles, il fait ses débuts comme pianiste sur la chanson “Goodnight My Love” de Jesse Belvin. A seize ans, premier enregistrement avec le groupe “Upfronts”. La chanson “Little Girl” voit le jour sur le label “Lummtone Records” de L.A.

Ensuite, il travaille pour différents labels. Il sera même directeur artistique avec Bob Keane, l’homme responsable des premiers enregistrements de Sam Cooke.

C’est dans les années 1960 que germe l’idée de se lancer dans une carrière solo. Il réalise un disque intitulé “All In The Run Of A Day” pour le label “Bronco”. Mais son rôle de directeur artistique est plus important. Il continue dans ce rôle avec The Versatiles, Viola Wills, the Bobby Fuller Four et quelques autres pour un salaire de 60 dollars par semaine !

Lorsque Bob Keene et Larry Nunes (son conseiller, mentor et ami) décident de monter un groupe féminin, ils confient la tache à Barry. Il se dirige vers Felice Taylor dont il a entendu parler. Ses revenus passent à 400 dollars par semaine.

love unlimited Lorsque le label “Bronco” ferme ses portes, Barry White se lance dans la production en indépendant. Gene Page qui plus tard sera arrangeur sur ses gros hits lui donne un coup de main financier. Trois ans plus tard, Larry Nunes souhaite faire affaire avec lui. Nunes a des titres en stock. White, de son côté, a bien avancé avec son groupe féminin. Depuis un an, le groupe répète et installe les bases de son travail. La chanson “Walkin’ In The Rain (With The One I Love)” dont le texte est inspiré de ses conversations avec Glodean James (sa futur femme) est prête. White baptise la formation “Love Unlimited”.

love's theme Larry Nunes apporte le titre à Russ Regan, patron du label “Uni”. Premier album et 500 000 exemplaires vendus ! Barry White cherche alors à mettre sur pied un groupe masculin. Il fait une demos avec trois chansons. Il joue le piano et chante en personne. Nunes insiste pour que White se lance en solo. Après des discussions houleuses, le premier album de Barry White voit le jour sur le label “20th century records”. Il est intitulé “I’ve Got So Much To Give”. Nous sommes en 1973. La chanson “I’m Gonna Love You Just A Little More Baby” rencontre un succès limité. Les “Love Unlimited” le rejoignent sur “20th Century”. L’idée d’un album instrumental germe alors dans son esprit. Discussion avec Regan et le projet “Love Unlimited Orchestra” voit le jour. Le single “Love’s Theme” est N°1 des ventes avec un million d’exemplaires écoulé et le succès est mondial. Au total, c’est trois millions de ventes et un succès constant pendant de nombreuses années. C’est le début d’une période faste pour l’artiste. Entre 1974 et 1979, il enchaîne hit sur hit : “Let The Music Play”, “You See The Trouble With Me”, “Love Serenade”, “Your Sweetness Is My Weakness”, “Sha La La Means I Love You”…Il enregistre également des chansons pour la B.O. du film “The Together Brothers”.

A cette époque, de nombreux musiciens enregistrent dans ses studios. Parmi eux, Ray Parker Jr (plus tard membre du groupe Raydio, co-auteur avec White de “You See The Trouble With Me” et auteur / compositeur du hit mondial “Ghostbuster”), le bassiste Nathan East (musicien de studio très demandé, membre des Fourplay), Wah Wah Watson, Dean Parks, le bassiste Wilton Felder (membre du groupe “Crusaders”), Lee Ritenour, le batteur Ed Greene et la liste est longue.

barry Après deux albums de plus, Il signe un nouveau contrat avec “CBS”. A l’époque, c’est le plus gros contrat de l’histoire du disque. Il crée son label “Unlimited Gold” et signe Love Unlimited, The Love Unlimited Orchestra, Jack Perry, Danny Pearson et lui même. Mais, mis à part l’album “The Message Is Love”, les ventes du label sont faibles. Après huit albums solo, quatre albums avec le “Love Unlimited Orchestra”, des tournées importantes et longues, il décide d’une pause dans sa carrière. Il reviendra en 1992.

En 1992, il revient sur le label “A&M” avec “The Man Is Back” puis “The Right Night & Barry White” et “Put Me In Your Mix” qui contient un duo avec Isaac Hayes. Mais le succès n’est plus le même. Son vrai retour commercial se fait avec l’album “The Icon Is Love”. Ce sera sa meilleure vente depuis sa période faste de la décennie 70 grâce à des producteurs triés sur le volet. Gerald Levert, Tony Nicholas, Chuckii Booker et Jam & Lewis sont aux commandes. En 1999, “Staying Power” lui rapporte deux “grammy awards”.

barry-white-02b Au total, Barry White c’est 106 disques d’or et 41 disques de platine et plus de 100 millions de disques vendus. Barry White, c’est un rêve à l’américaine, l’histoire d’un mome du ghetto qui devient millionnaire. Sa réputation est telle que même les “Simpsons” lui rendront hommage dans plusieurs épisodes. Son nom, sa musique sont synonymes de sexualité torride car sa voix bass de velour et sa façon de chanter étaient très évocatrices de sex. Il n’a jamais vraiment disparu de la circulation car même dans sa période de retrait, il était invité par d’autres comme Quincy Jones, Regina Belle, Lisa Stansfield ou le rapper Big Daddy Kane. Et dans les années 1990, des séries télé comme “Ally McBeal” entretiendront sa légende et ses ventes de disques. Et le comble, c’est que Barry White ne voulait pas être artiste solo. Sa musique entre soul et disco et ses arrangements de cordes restent des références.

Il est décédé le 4 juillet 2003. Sa popularité était encore grande.

Artistes du même genre ou de la même époque : Al Green, Isaac Hayes, Bill Withers, Commodores, Isley Brothers, Teddy Pendergrass, Curtis Mayfield, Billy Paul, Larry Gold, Sylvia Robinson, Roberta Flack, the O’Jays

Discographie Selective

barry1 Stone Gon’ (1973, Mercury)*** Achetez

barry2 I’ve Got So Much To Give (1973, Hip-O Select)** Achetez

Barry3 Can’t Get Enough (1974, Mercury)*** Achetez

barry4 Let The Music Play (1976, Hip-O Select)*** Achetez

barry5 Barry White Sings For Someone You Love (1977, Mercury)*** Achetez

theman The Man (1978, Mercury)*** Achetez

barryglodea Barry & Glodean (1981, Priority)*** Achetez

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.