Electro PHAZZ 2

Pour cet album, Electrophazz a mis l’accent sur la qualité de la production, nettement supérieure. Sur l’ensemble, il y a un travail remarquable des batteries et des cuivres et le rap prend plus de place.Sortie le 24/02

Electrophazz joue du funk -souvent très 80’s- et du rap, surtout en mode G-funk “à la Snoop” (flagrant sur “Color The World”). Les ambiances sont parfois mystérieuses, comme sur “Flying High”. Là vous penserez forcément à un autre electro, “Deluxe” celui-là, dans la période avec la chanteuse Crystal. La phase est plus sensuelle sur “The Monster” avec une bass quand même très groove et une bonne dose de rock sans oublier le rap, en dialogue avec la chanteuse. Vient “Stronger” et un piano aussi sensuel que le saxophone. “Love Is My Choice” et direction un jazz plus classique avec une ambiance feutrée, intimiste, titre oblige !

Le top de l’album, à mon avis, est “Carry Me Home” avec des claviers en nappe qui remplissent tout l’espace, un piano en placement, une batterie aérienne et finalement une ambiance à la “Jam & Lewis” dans les années 80. La partie rap n’était peut être pas indispensable…

Retour au funk 80 “à la The Time” sur “Data Flow”. Et puis il y a “l’art et la manière” : Envolée romantique, voix craquante, piano pénétrant, sax sexy et une chaleur à son maximum pour clore un superbe album. Bravo !

Electrophazz “Electric City” (2017)*** Pour les connaitre un peu plus : Ici.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.