Kae WILLIAMS

kae williams Chanteur, compositeur et producteur, Kae Williams a marqué la musique funk des années 80 avec un son qui n’appartenait qu’à lui. A l’occasion de ses 60 ans, nous avions envie de lui rendre un hommage pour le travail accompli.

breakwater Kae Williams est originaire de Philadelphie où il est né en mars 1956. Son père, Kae Williams Sr était un DJ connu et reconnu dans la région. C’est à New-York, mecque de la musique, qu’il réussit dans le milieu musical. Il débute au sein du groupe “Breakwater”, qu’il a formé. Là, il apprend à fabriquer un son comme un bon artisan. Après la séparation du groupe et seulement deux albums, il travaille avec les artistes Mason et Bootsy Collins, entre autres. Mais sa marque de fabrique n’est pas encore au point.

bb&q La rencontre avec le bassiste Timmy Allen du groupe Change en 1981 va être décisive. Avec lui et d’autres musiciens de studios de l’époque, il met sur pied le groupe “Hi-Gloss”. Leur titre “You’ll Never Know” connaît un immense succès en club et dans le public funk et disco. C’est le français Jacques Fred Petrus qui lui offre ses premiers enregistrements avec Change, les Richie Family (il a co-écrit “I’ll Do My Best For You”) et B.B.& Q.Band (il a écrit le classique “Imagination”).

 C’est surtout le temps passé avec ces derniers qui va faire de lui un producteur incontournable. L’album “Genie” des B.B. & Q band est un classique inoubliable pour les amateurs de funk grâce à sa présence. Même chose pour Curtis Hairston, leur chanteur, dont le succès de l’album solo doit beaucoup au travail de Kae Williams. Ses programmations rythmiques, sa façon de programmer la T.R.808, son touché aux claviers, ses ambiances sensuelles, son sens de la mélodie, bref ! Ses qualités de producteurs assurent le succès aux artistes qui passent entre ses mains. Ce sera le cas pour Ian Foster, Phyllis Hyman, George Howard, Miki Howard, Cashmere et d’autres.

daft Ce n’est pas un hasard si vingt ans après sa période forte, les Daft Punk sampleront son travail sur l’album “Human After All” (sur le titre “Robot Dance”). C’est la preuve que Kae Williams a bien marqué les esprits de toute une génération branchée funk, celle des années 1980.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.