La Chaleur de “BKO Quintet”

Bamako Today@Guillaume Dussably-Lisa Lami Il y a peu de sociétés dans le monde où le rôle de la musique et des danses est aussi important qu’au Mali. C’est au rythme de la musique traditionnelle que les Maliens naissent, s’épousent, déclarent leur flamme, débattent, meurent…

L’état d’urgence, qui était en vigueur au Mali depuis le 12 janvier 2013, interdisait les réunions publiques et manifestations de rue. Il a été levé à la veille du lancement de la campagne pour le premier tour de l’élection présidentielle du 28 juillet 2013. Au même moment, malgré l’interdiction de se réunir et dans l’incertitude d’obtenir leurs visas, un groupe de musique composé d’un français et de quatre Maliens, BKO Quintet, entreprenait de répéter à Bamako pendant un mois pour assurer une tournée internationale déjà programmé en Europe. Malgré les difficultés rencontrées, et un contexte particulier d’Etat d’urgence, les membres du groupe BKO ont finalement pu assurer leur tournée en 2013/2014.

BKO-1@JP Demonty

Ce film musical est raconté à travers les protagonistes du groupe qui les représentent tels que le griot, le chasseur, et le Maître Djembe Ibrahima Sarr, mais aussi à travers des séquences dont les personnages sont imprégnés de musique. Des répétitions à Bamako jusqu’à une cérémonie de chasseurs, ce film porté par la musique et les sonorités locales nous fait voyager dans le temps. Pour ces artistes Maliens, la musique n’est pas qu’un divertissement, c’est une raison de vivre. Non seulement parce qu’ils aiment ce qu’ils font, mais aussi parce que c’est leur unique source de revenus. Jouer de la musique à une fonction avant tout sociale, les en empêcher c’est leur couper le lien social avec le Mali d’aujourd’hui, ou le religieux vit au rythme des croyances animistes, et dont le ciment culturel reste lié à la fonction symbolique de l’artiste qui tente de faire évoluer la tradition dans un présent politique et économique instable.

BKO-2@JP Demonty

L’originalité de “BKO Quintet” est d’allier les différents univers traditionnels Malien, proposition à ce jour peu ou pas exploité sur scène. Les arrangements remettent au gout du jour des chansons ancestrales, et dont les tonalités se mélangent aux percussions occidentales. L’émotion qui jaillit des performances de Ibrahima Sarr et Fassara Sacko laisse aussi place à une forme originale de mélancolie, dont le fond et la forme semblent pourtant opposés.

Ce film dont la force visuelle des images nous transporte en Afrique, transpire un climat chaleureux, sensible, et malgré les circonstances, la joie de vivre et les sourires sont permanents.

Si vous avez aimé Ali Farka Touré, Toumani Diabate, Fatoumata Diawara, Habib Koite ou encore Salif Keita, la musique de BKO Quintet est pour vous.

BKO Quintet “Bamako Today” (2014)**

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.