MORGANE JI

Avec Morgane Ji, fini la musique réunionnaise à papa genre “seggae” ou “maloya”. Morgane Ji est définitivement tournée vers les musiques urbaines avec le banjo comme seule arme “traditionnelle”.

Son nouvel album intitulé “Woman Soldier” porte bien son nom. Morgane Ji y est combattante, presque guerrière que ce soit dans son interprétation comme dans ses compositions.

L’artiste, originaire de l’île de la réunion, a plus d’une corde à son arc. Auteure, compositrice, peintre, photographe, elle est également une banjoïste accomplie. À priori, pas facile d’intégrer cet instrument à une musique contemporaine. Elle y parvient avec talent.

Sa musique oscille entre électronique, rock et traditions. Pour la langue, elle passe du français à l’anglais et au créole avec aisance. Une artiste atypique et engagée, un album original et une découverte intéressante, loin de toutes conventions. La dame compose seule ses titres et dispose d’une voix polymorphe qui lui permet d’être tantôt sensuelle, tantôt agressive, voir guerrière. Sur “Fear No More” son rock se fait un peu mystique.

Morgane Ji a de nombreux atouts pour un beau parcours. Encore méconnue en France, elle a été consacrée “révélation réunionnaise de l’année” et s’est déjà produite dans plus de quinze pays. Aucune raison donc de ne pas percer dans l’hexagone. Avec un style graphique, un look et une musique aussi puissants, elle devrait y parvenir. La dame a du charactère !

Morgane JI “Woman Soldier”  (2020, Aztec Music)** Acheter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.