RAGGAMUFFIN

 A l’origine, le ragamuffin ou “ragga” fait reference aux titres reggae dont l’instrumental est digital.

Le genre est très souvent associé au “dancehall” bien que celui-ci ne soit pas toujours électronique (et donc pas du ragga). Ragga est donc le diminutif pour “raggamuffin”. Ce terme était utilisé pour désigner la jeunesse des ghettos de Kingston. Dans les années 1980, cette jeunesse écoute du reggae synthétique (digital si vous préférez) et “raggamuffin” est alors utilisé pour la musique qu’ils écoutent le plus.

Parce qu’il ne coute rien à produire, le ragga devient vite le genre préféré des producteurs jamaïcains. Les coûts réduits leur permettent de sortir des centaines de singles chaque année. Les retombées financières permettent également une grosse prise de risque au lieu de continuer avec le vieux rocksteady. Cela mènera à une explosion des rythmes. Bien que le genre soit souvent associé aux DJ et à leur mode d’expression baptisé “toasting”, il est aussi un bon mode d’expression pour des chanteurs traditionnels aux textes romantiques ou à la philosophie rasta.

On attribue le premier titre “ragga” à Wayne Smith en 1985. Son single “Under Me Sleng Teng” produit par King Jammy construit sur une rythmique pré-programmée sur un clavier casio a un impact immédiat. Très vite, de nombreux imitateurs voient le jour et King Jammy devient le producteur en vogue.

Dans les années 1990, le ragga est clairement le genre le plus populaire en Jamaïque. Il incorpore vite des éléments hip-hop et des techniques de samples. Certains artistes deviennent populaires hors des frontières de l’île touchant un public bien plus large, en Europe comme aux Etats-Unis. En Angleterre, le ragga donnera naissance à la scène “Jungle / Drum & bass“.

Les leaders du genre seront Shaggy, Shabba Ranks, Beenie Man, Pato Banton, Bounty Killer, Mad Cobra, Ini Kamoze, Buju Banton, Anthony B, Sizzla, Raja-Nee, Diana King, Chaka Demus & pliers et Sean Paul. Mais la liste des artistes ragga est bien plus longue.

Quelques classiques

 Pato Banton “Never Give In” (1987, I.R.S.)*** Acheter

 Shabba Ranks “X-Tra Rated” (1992, Epic / Columbia)*** Acheter

 Beenie Man “Cool Cool Rider” (1992, VP records)** Acheter

 Mad Cobra “Goldmine” (1993, RAS)***

 Buju Banton “Voice Of Jamaïca” (1993, Mercury)*** Acheter

 Chaka Demus & pliers “Ruff This Year” (1993, Real Authentic)*** Acheter

 Sizzla “Black Woman & Child” (1993, Greensleeves / VP)*** Acheter

 Shaggy “Boombastic” (1995, Virgin)** Acheter

 Bounty Killer My Xperience (1996, VP records)** Acheter

 Anthony B “So Many Things (1996, VP records)*** Acheter

Photo King Jammy : Christian Bordey pour reggaefrance.com

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.