DEF JAM / OBR

 

def Au milieu des années 1980, Russel Simmons, co-fondateur du label “Def Jam”, met en place une structure pour la soul en signant quatre artistes : Oran “Juice” Jones, Tashan, Alyson Williams et Chuck Stanley.

Très vite, des différents entre Simmons et Rick Rubbin mènent à la création du label “OBR”.

La durée de vie de cette structure et de ces artistes sera aussi courte que marquante. En effet, leurs albums feront date dans l’esprit des amateurs de soul. Mais les ventes aux Etats-Unis sont très en dessous des résultats attendus et Simmons ne renouvellera pas l’expérience.

Entre 1986 et 1990, Tashan, Stanley, Williams et Jones installent une soul urbaine qui colle à son temps et dont les racines sont dans le funk. Les meilleurs musiciens de studios new-yorkais sont là. Autre caractéristiques des artistes : Des voix de qualité au service d’un style original en décalage avec le genre new-jack dominant.

Deux albums pour Tashan, un pour Chuck Stanley, un pour Alyson Williams et trois pour Oran Jones. Le tout avec une identité visuelle très marquée, centrée sur New-York et une identité musicale vite identifiable au label.

Visite guidée.

tashan1 Tashan Chasin’ A Dream (1986, Def Jam)***. Tashan Rashad écrit et compose tout seul. Une oeuvre qui sort au mauvais moment mais qui révèle un talent brut, une voix exceptionnelle. Un titre magnifique : “Thank You Father”. achetez

juice Oran “Juice” Jones (1986, Def Jam)**. Cet artiste est vite remarqué avec la chanson “The Rain”. Produit par Russel Simmons et Vincent Bell, l’album contient aussi “Here We Go Again”, belle reprise d’un titre de Smokey Robinson. Un début prometteur. achetez

chuck Chuck Stanley The Finer Things In Life (1987, Def Jam)***. Un album qui n’a pas fait grand bruit à sa sortie. Et pourtant ! Les titres très “groove” (“Jammin’ To The Bells”, “Finer Things In Life”) alternent avec de superbes ballades (“Love Toy”, “Real Soon”, “Make You Mine Tonight” en duo avec Alyson Williams). Les choeurs sont de la même qualité que la voix lead de Stanley et il y a quelques riffs rythmiques de guitare au top.

juice2 Oran “Juice” Jones G.T.O. : Gangsters Takin’ Over (1987, Def Jam)* . De belles prouesses vocales, un beau duo avec Alyson Williams et un titre remarquable : “Baby Don’t Walk Out On Me”. Mais les ventes ne décollent toujours pas…

on the horizon Tashan On The Horizon (1989, OBR)**. Deuxième opus de l’artiste plus axé sur l’identité afro et sur des textes sociaux. Moins original que “Chasin’ a dream”, plus orienté hip-hop musicalement. Un vrai talent pour l’écriture. achetez

To_Be_Immortal Oran “Juice” Jones To Be Immortal (1989, Def Jam). Contrairement aux deux premiers albums qui contenaient au moins un titre fort, celui-ci n’en contient aucun. Dernier pour l’artiste.

alyson Alyson Williams Raw (1989, Def Jam)**. Un premier opus qui propulse la chanteuse au niveau international grâce à la chanson “Sleep Talk”, hit de l’année 1989. Un duo avec Oran “Juice” Jones. L’album sera N°3 des ventes R&B aux Etats-Unis. Ancienne choriste du groupe Chic, Alyson Williams réussit son départ en solo. achetez

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.