JOHNNY PACHECO

 Johnny Pacheco, ce nom, aujourd’hui, ne signifie rien pour les moins de 30 ans. Pourtant, ce musicien légendaire a joué un rôle majeur dans le succès international de la salsa.

Johnny Pacheco : saxophoniste, percussionniste, flûtiste, chanteur, compositeur, producteur de disques et directeur de label a fondé la “Fania”. Derrière ce nom, un groupe (“Fania All Stars”) et un label, maison des noms les plus prestigieux de la salsa.

Sa passion pour la musique lui vient de son père, chef d’orchestre et musicien. Très tôt, ses parents quittent la république dominicaine (son île natale) pour s’installer à New-York. Plus tard, il s’inscrit à la prestigieuse école de musique “Juilliard”. Il apprend violon, saxophone et clarinette.

En 1959, après quelques expériences dont un passage par l’orchestre de Charlie Palmieri (autre grand nom de la musique cubaine), il ose se lancer en solo avec son propre groupe. “Pacheco y su charanga”, premier album, voit le jour en 1961 sur le label “Alegre”. À partir de là, il n’aura cesse de changer le son de la musique latine américaine. Il inaugure l’ère de la “pachanga“, furieuse danse très populaire entre 1961 et 1964.

En 1964, avec l’avocat Gerald Masucci, il fonde le label “Fania”. La vraie révolution, le phénomène culturel latino new-yorkais des années 1970, c’est la création de ce label. Johnny Pacheco en sera l’âme artistique, le directeur musical, le visionnaire qui sent parfaitement les désirs de son public. Il installe les bases du genre et lance les carrières d’artistes fameux. Celia Cruz, Willie Colon, Hector Lavoe, Pete Rodriguez, Tito Puente, Cheo Feliciano et d’autres lui doivent beaucoup. Les concerts de la “Fania” sont des moments exceptionnels sur scène puis sur support.

Grâce à lui, la salsa est connue mondialement. Comme la Jamaïque pour le reggae, New-York devient l’épicentre du genre. La popularité de la salsa ne cessera plus par la suite. Aux Antilles françaises, bien avant l’arrivée du zouk, mazurka, béguine et salsa sont maîtres. Le Zouk naitra de ces genres. En Afrique, des pays comme le Bénin sont des relais majeurs. En France, des artistes de variété comme Bernard Lavilliers ou Jacques Higelin s’en feront l’écho. Lavilliers écrira même une chanson sur le genre. La salsa connaitra un regain dans les années 1990 après une baisse dans les années 1980 dominées par le rap.

Le travail de Johnny Pacheco a influencé plusieurs générations. Il décède en 2021 à l’âge de 85 ans. Son héritage est immense.

Discographie Sélective

 Que Suene La Flauta (1962, Alegre)***

 Pacheco At The New-York World’s Fair (1964, Fania)***

 Viva Africa (1966, Fania)***

 Celia & Johnny (1974, Fania)*** Acheter

 Fania All-Stars “Live At Yankee Stadium Vol. 1” (1975, Fania)***

 Fania All-Stars “Live At Yankee Stadium Vol.2” (1976, Fania)*** Acheter

 Los Dinamicos (1979, Fania)**

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.