ZIGGY

ziggy L’ainé des enfants de Bob et Rita Marley était le logique et naturel héritier du trône à la mort de son père Bob en 1981.

Avec son groupe “Melody Makers”, il réussi à transmettre ce lourd héritage à un très large public dans le monde.

De son vrai nom David Marley, il est né à Kingston, Jamaïque, en 1968. C’est son père qui lui enseigne guitare et batterie. A l’âge de dix ans, il est en studio avec les “Wailers”. En 1979, avec son frère Stephen, sa soeur Cedella et sa demi-soeur Sharon, il enregistre avec papa la chanson “Children Playing In The Streets”. Cette formation, baptisée “Melody Makers”, continuera à enregistrer après le décès de Bob.

melody makers Melody Makers

Ziggy a à peine dix-sept ans lorsqu’il signe un contrat avec la major EMI pour l’album “Play The Game Right”. Le fardeau est lourd ! Être la deuxième génération d’un Bob Marley n’est pas chose facile. Les ventes sont faibles. Direction “Virgin” pour l’album “Conscious Party” de 1988. Produit par Chris Frantz et Tina Weymouth des Talking Heads, l’oeuvre reçoit un superbe accueil de la presse et du public. La chanson “Tomorrow People” marque l’année 1988.

Le suivant, “One Bright Day”, assoit un peu plus leur réputation et leur rapporte un “Grammy Award”.

Ziggy et les “Melody Makers” refont surface trois ans plus tard. En 1991, “Jahmekya” est une preuve de leur créativité. Mais les radios et télés ne jouent pas beaucoup l’album. Il se vend cependant correctement.

En 1993, avec “Joy And Blues”, la famille Marley ajoute un peu de “dancehall” à sa musique reggae. Le rap est là, puissant et incontournable. Les Marley s’adaptent et c’est Stephen qui se charge du rap. Ce sera leur dernière sortie chez “Virgin”.

stephen Stephen Marley

En 1995, c’est chez “Elektra” que “Free Like We Want To Be” est commercialisé. En 1997, “Fallen Is Babylon” leur rapporte un troisième “Grammy”.

Tel son père, Ziggy s’impose en leader politique en Jamaïque. Il est nommé ambassadeur des Nations-Unies. Sur la période, il crée également son label baptisé “Ghetto Youths United” pour mettre en lumière les nouveaux talents de son île natale.

ghetto

En plus des “Melody Makers”, de nouveaux membres de la famille Marley pointent le bout du nez : Damian, Julian et Ky-Mani.

Quand à Ziggy, il enregistre, pour la première fois, un album solo en 2003. “Dragonfly” est un excellent disque de reggae roots qui contient deux superbes titres : “Melancholy Mood” et “True To Myself”. Mais c’est avec le suivant, “Love Is My Religion” (2006) qu’il obtient ses premiers gros succès en solo. Il est sur de nombreuses radios dans le monde.

En 2011, avec “Wild And Free”, il revenait à un reggae plus authentique avec des textes sociaux revendicatifs qui lui avaient permis de se lancer en solo.

Depuis, un livre, un album “live” (2013) et un album réunion avec les “Melody Makers” (2014).

Ziggy Marley a du talent, il l’a prouvé mais sa voix est trop proche de celle de son père. Et, malheureusement, cela a toujours joué contre lui.

Discographie

ziggy1 Hey World ! (1986, EMI)***

ziggy2 Conscious Party (1988, Virgin)***

ziggy3 One Bright Day (1989, Virgin)**

ziggy4 Play That Game Right (1990, EMI)***

ziggy5 Jahmekya (1991, Virgin)***

ziggy6 Joy & Blues (1993, Virgin)***

ziggy7 Free Like We Want 2 B (1995, Eastwest)*

ziggy8 Fallen Is Babylon (1997, Elektra)***

ziggy9 The Spirit Of Music (1999, Elektra)**

ziggy10 Live (2000, Elektra)*

ziggy11  Dragonfly (2003, Private music)**

ziggy12 Love Is My Religion (2006, Cooking Vynil Records)**

ziggy13 Family Time (2009, Tuff Gong)***

wild Wild And Free (2011, Tuff Gong)***

concert In Concert (2013, Tuff Gong)***

fly Fly Rasta (2014, Tuff Gong)***

Artistes du même genre ou de la même époque : Aswad, Steel Pulse, Inner Circle, Black Uhuru, Morgan Heritage, Israel Vibration…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.