Adam NAAS

adam-nass Entre “The Shoes” et “Cassius” avec une touche beaucoup plus soul, Adam Naas s’impose comme un talent brut à l’avenir radieux. Enfin ! s’il le veut car l’homme semble presque surpris d’être là.

A la première écoute, ce qui surprend et qui prend aux trippes, c’est cette voix, arrogante, un peu vulgaire, presque rauque, unique. Et la mélodie, sublime. Immédiatement, des titres comme “I Love U So” des Cassius ou “Give It Away” des Shoes se sont imposés à ma mémoire. Mais ici, si la mélodie est aussi entêtante, la voix fait la différence.

Adam Naas semble habité par l’histoire du blues et de la soul. Mais il a aussi cette touche electronique des années 2000. Ses sons de claviers ont des reminiscences de “Zero 7” et de la “génération Bristol”. Sa guitare parle avec le blues et la soul. Ses rythmiques aussi, notamment sur “Go Slow” où l’utilisation d’une boite à rythme “vintage” nous ramène directement dans les années 1980. Ses touches de piano, ses claviers aériens, sa voix “princière” tantôt haute, tantôt basse, suintent la nostalgie et le romantisme sans jamais tomber dans la tristesse. Fort le monsieur, très fort. D’une beauté à tomber.

Un seul artiste nous avait fait un effet aussi puissant ces dernières années à la première écoute : Nicolas Leroux. Souhaitons lui un parcours aussi inspiré.

Adam NAAS (2016, Mercury)*** Acheter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.