FUNK, 1985 / ZAPP

Avant the “New Zapp IV U”, le groupe de Roger Troutman avait déjà sorti trois albums et un hymne de la musique funk : “More Bounce”.

Les albums suivants, simplement intitulés “II” et “III” suivront la même méthode : titres funk très efficaces, riffs de guitares assassins, une touche de blues et utilisation du vocoder pour la voix, marque de fabrique du groupe. Au passage, quelques standards : “Dancefloor”, “I Can Make You Dance” et “Heartbreaker”.

Avec cet album, Roger Troutman et ses frères cherchent un nouveau souffle. Le succès commercial n’a pas été au niveau escompté sur les œuvres précédentes. Il s’agit de donner un coup de jeune au style ZAPP. Fini le blues. Désormais, Zapp joue du funk et seulement du funk. La principale nouveauté réside dans les ballades. Fini les voix “roots” sans vocoder. L’album contient un titre, nouvel hymne du groupe qui va éclipser un temps “More Bounce”. Il s’agit de “Computer Love”. Les Troutman se concentrent sur la qualité de la production, les effets studios et sur la structure même d’une chanson plutôt que sur les éléments rythmiques purement funk. Banco ! “Computer Love” remporte un succès immédiat. Il sera samplé à de nombreuses reprises les décennies suivantes. “It Doesn’t Really Matter” dépoussière complètement le son Zapp. Un funk flambant neuf rendant hommage aux grands du genre de James Brown à Prince en passant par Aretha Franklin (“Stevie Wonder, Rick James, Charlie Wilson and the gap band, Roger Troutman and the zapp band, Cameo and grandmaster, Aretha she’s the queen, James Brown he’s the king”).Un hymne de plus sur l’album.

En clair, Zapp essaie de sortir un peu de son public de base, le public noir. Il s’adresse encore à lui avec “Itchin’For Your Twitchin’” mais s’en éloigne avec “I Only Have Eyes For you” et “Computer Love”. La prise de risques est énorme mais payante. “The New Zapp IV U” sera la meilleure vente du groupe et un des événements de l’année 1985. L’album marque en profondeur et pour longtemps les amateurs de “groove” au sens large.
Majeur à sa sortie et majeur pour toute une génération d’artistes, celle des années 1990. En 1996, soit dix ans après le succès de cet album, le rapper 2pac demandera à Roger Troutman de se joindre à lui pour son classique “California Love”. Pas un hasard…

Malgré ce succès plus important, ce groupe de l’Ohio ne réussira jamais à atteindre le succès grand-public. Il sera d’abord et avant tout un groupe “black” pour les “blacks”, aux Etats-Unis en tout cas.

ZAPP “The New Zapp IV U” (1985, Warner)*** Acheter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.