GUTS

guts Au milieu des années 1990, en pleine période dominée par NTM, Assassin et MC Solaar, le groupe “Alliance Ethnik” fait une entrée remarquée avec un rap plus funk, plus léger, un peu dans la lignée DeLa Soul de l’époque. Le sorcier de studio en charge des beats, c’est Gutsy. Delabel et EMI seront bien content des scores de vente.

Dix ans plus tard, Gutsy a oté le “Y” de son nom et il travaille en solo depuis 2007 et la sortie de “Le Bienheureux”. Il a également crée “Pura Vida” et “Heavenly Sweetness”, ses labels et le bienheureux vit tranquillement à Ibiza. En 2013, c’est probablement le cadre idyllique des Baléares qui lui inspire le projet “Beach Diggin'”, des compilations consacrées à la découverte de raretés et de perles oubliées. Vous savez, un peu comme Kon & Amir.

En 2014, comme l’avaient fait avant lui Tassel & Naturel ou DJ Cam, Guts se rend dans la grosse pomme et travaille avec des pointures internationales comme Patrice ou Coddy Chesnutt. Mieux, il rend hommage à ses idoles de jeunesse, oubliées de tous sauf des puristes hip-hop. Il travaille avec Grand Puba et Masta Ace. Qui ça ? Bon, ok ! Grand Puba, leader des Brand Nubian, groupe phare du rap des années 1990 et Masta Ace, star rap du label “Cold Chillin'”. Il a du tripper grave le Guts !

Il en sortira le très réussi “Hip Hop After All“, hommage à la puissance du hip-hop.

Depuis, des projets variés touchant à l’electro, au funk, au disco, au jazz et à tout ce qui groove. Avec “Eternal”, Guts revient à une musique plus acoustique et plus variée, en bon DJ qu’il est depuis plus de vingt ans. Il continue son exploration des genres.

Guts “Eternal” (2016, Heavenly Sweetness)**

Dédicace à Benjamin Grangeon.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.