Marvin : Trente ans déjà.

marvin Né à Washington en 1938, Marvin Pentz Gaye apprend à chanter dans l’église de son père. Il apprend le piano et la batterie à l’université. The “D.C Tones” est le premier groupe qu’il forme, interprétant Gospel et Soul.

Puis il se rend à Washington et intègre le groupe “The Rainbows” avec Don Covay et Billy Stewart. En 1957, le nom du groupe devient “The Marquees” et enregistre un album pour le label “Okeh”.

En 1959, le groupe auditionne pour Harvey Fuqua qui les invite à faire équipe avec lui sous le nom de “Moonglows”.

Après deux singles sur “Chess”, Harvey se rend à Detroit où il épouse Gwen Gordy, fille de Berry Gordy. Il entre chez Motown et fait appel à Marvin comme batteur de studio. Celui-ci travaille avec Smokey Robinson.

Sur une idée de Berry, Marvin enregistre en tant que chanteur le titre “Let Your Conscience Be Your Guide” en 1961. En 1962, il écrit “Stubborn Kind Of Fella” et le chante avec Martha Reeves & The Vandellas. La chanson est un succès énorme aux U.S.A et en Angleterre. Il épouse Anna Gordy, autre fille de Berry, et écrit “Pride & Joy” pour elle.

1964 est l’année pendant laquelle il commence à enregistrer des duos. Il commence avec Mary Wells et l’album “Together”. En 1966, il continue avec Tammi Terrell et la chanson “Ain’t No Mountain High Enough”, qui servira quelques années plus tard à Diana Ross.

Dans le même temps, il fait équipe avec Norman Whitfield qui produit “I Heard It Trough The Grapevine”, N°1 des ventes singles en 1969.

Tammi Terrell décède d’une attaque cérébrale en 1970. Très choqué, il rentre dans une retraite qui va durer deux ans.

Le retour de son frère du Viet-nam et le climat social dans le pays l’incitent à sortir “What’s Going On” en 1971. On trouve “Save The Children”, “Inner City Blues” et “Mercy Mercy Me ” sur cet album. Une oeuvre magistrale dans l’histoire de la soul.

Après la B.O de “Trouble Man” en 1972, il sort “Let’s Get It On” l’année suivante. La même année, il enregistre “Diana & Marvin” avec Diana Ross. “You Are My Everything” sera N°5 au top en 1974 et “Stop, Look, Listen” se classera N°25 en Angleterre.

En 1976, c’est Leon Ware qui écrit et produit “I Want You”. Puis son divorce avec Anna lui inspire “Here My Dear” qui sort en 1979. “In Our Lifetime” sera son dernier album sur Motown. Il s’installe en Belgique. C’est là que Larkin Arnold, des disques C.B.S vient lui proposer un nouveau contrat en 1982. Le résultat sera Midnight Love et le hit “Sexual Healing” récompensé par un Grammy en 1983.

A la suite d’une dispute, Marvin est assassiné par son père le 1 avril 1984. En 1990, son étoile est mise sur le Hollywood ‘Walk Of Fame’. Toute sa vie, il aura été un rebel. Rebelle contre l’autorité d’un père violent, rebelle contre la méthode du label “Motown”, rebelle contre la société de son temps. Toute sa vie, il aura été un “sex symbole” entretenant des relations tendues avec les femmes. Il sera une influence majeure pour les générations d’artistes suivantes. Un monument dont la musique sociale, politique aux arrangements précis est toujours très actuelle.

Les indispensables de Marvin Gaye.

grapevine I Heard It Through The Grapevine (1969, Motown)**. Sur cet album, Gaye se sépare des producteurs Holland / Dozier / Holland, remplacés par Norman Whitfield, Ashford & Simpson et lui même. Des titres brillants comme “You” (dans le style des chansons des “Four Tops”) ou “Chained”. Le plus gros succès de l’année 1968 aux Etats-Unis.

I Heard It Through The Grapevine

whatsgoingon What’s Going On (1971, Motown)***. Son chef d’oeuvre. Une oeuvre majeure et un document sur son temps. De l’espoir, de la colère, une prise de conscience. Des textes contre la guerre du vietnam, contre la consommation de drogues, contre les violences sur enfants, pour l’écologie. Une inspiration subliminal sur chaque titre.

Inner City Blues

trouble man Trouble Man (1972, Motown)**. Marvin Gaye écrit, compose et produit l’ensemble de cette musique de film. “T Plays It Cool”, “Life Is A Gamble” et “Trouble Man” sont de grands titres.

Trouble Man

letsgetiton Let’s Get It On (1973, Motown)***. Après le brillant témoignage de “What’s Going On” très engagé, l’artiste revient à plus de légereté, à de la sensualité et au sexe. Un album érotique dans les textes et dans les arrangements où Ed Townsend joue un rôle majeur. “Come Get To This”, “You Sure Love To Ball” et “Let’s Get It On” sont les titres les plus réussis. Pour le sexe je vous dis!

Let’s Get It On

diana&marvin Diana & Marvin (1973, Motown)**

You Are Everything

Iwantyou I Want You (1976, Motown)***. L’album qui marque un changement de direction artistique dans sa carrière. Fini le son “Motown”. Une soul très funky avec des arrangements proches du disco. Un album plus intimiste, élégant aux arrangements imparables grâce à la présence de Leon Ware (il lancera le chanteur Maxwell vingt ans plus tard). Percussions, cuivres, cordes et des rythmes très funky sont la base de l’album. “Feel All My Love Inside”, “Soon I’ll Be Loving You Again” et le classique “I Want You” (repris de nombreuses fois) sont les titres forts.

I Want You

midnight love Midnight Love (1982, Columbia / Sony)**. Le dernier album qui montre la direction à suivre pour la soul. Tel un Miles Davis, Marvin Gaye et son “Sexual Healing” apporte un son neuf suivi par de nombreux artistes. Le son de ce titre sera une source d’inspiration pour de nombreux artistes. Parmi les plus réussis, citons “Curious” de Midnight Star, “Happy” de Surface ou “Gotta Get You Home Tonight” d’Eugene Wilde”.

Sexual Healing

Artistes de la même époque ou similaires : Isaac Hayes, Four Tops, Sam Cooke, Otis Redding, Donny Hathaway, The Temptations, Curtis Mayfield.

Les héritiers : Midnight Stars, Surface, Eugene Wilde, Maxwell, Luther Vandross, Freddie Jackson, Bill Withers.

midnight starMidnight Star “Curious”

surfaceSurface “Happy”

eugene wildeEugene Wilde “Gotta Get You Home Tonight”

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.