1962-2016 : a TRIP TO CHICAGO

  Blues, Soul, hip-hop, jazz, Chicago est un des grands piliers de la musique noire américaine.

D’un point de vu urbanisme d’abord, c’est à mon avis, la plus belle ville américaine avec New-York. Son architecture y est variée, entre histoire et contemporain. La “Sear Tower” (442m) a longtemps été la plus haute du pays. Et puis, il y a ce canal, cette promenade fluviale en plein centre avant d’accéder au lac Michigan, plus grands lacs nord-américains. Il y a le “loop”, metro aérien qui permet de faire le tour de la ville. Il a servi de décors dans de nombreux films. On le voit, par exemple, dans la trilogie des “Batman” de Nolan. Enfin, son centre-ville historique (“magnificent mile”) est superbe et parfait pour le shopping. Un décor naturel parfait pour un tournage des Incorruptibles.

Bien sûr, il y a les années 1920, la prohibition, Al Capone, l’histoire et les légendes qui vont avec. Mais Chicago est un des berceaux de la musique noire contemporaine. La ville avait son style de blues baptisé logiquement “Chicago Blues“. Il était différent : plus de guitares électriques, plus de bass, plus de cuivres, plus de piano, bref ! un enrichissement du “blues du delta”, basique, qui reposait uniquement sur guitare acoustique et harmonica. C’est ce blues là qui mènera au rock N roll.

La contribution de la ville à la soul et au jazz est énorme. Quincy Jones, Donny Hathaway, Curtis Mayfield, Chaka Khan, David Sanborn, Tyrone Davis, Jerry Butler et tant d’autres sont originaires de Chicago. Dans les années 1920, Chicago est un centre incontournable du jazz. Benny Goodman, Gene Krupa, Howlin Wolf, John Lee Hooker, Muddy Waters, Lorez Alexandria…représentent le jazz de Chicago avec brio.

Côté rap et R&B, le plus connu des artistes est probablement Kanye West. Mais Common, Lupe Fiasco, Da Brat, Twista, Chance the rapper, R Kelly viennent de là. Et la liste est longue.
Chicago est une ville à voir, pour son architecture, pour sa vie culturelle et pour son histoire musicale. Visite.

Quincy Jones “Soul Bossa Nova” (1962, Verve) Acheter

Donny Hathaway “The Ghetto” (1972, Atlantic) Acheter

Muddy Waters  “Mad Love (I Want You To Love Me)” (1978, Sony) Acheter

Tyrone Davis    “In The Mood” (1979, Sony) Acheter

Rufus & Chaka Khan “Ain’t Nobody” (1983, Warner) Acheter

David Sanborn “Bang Bang” (1992, Elektra) Acheter

Common “Orange Pineapple Juice” (1994, Relativity) Acheter

Curtis Mayfield “New World Order” (1996, Warner) Acheter

Jay-Z & Kanye West   “Made In America” (2011, Roc-A-Fella) Acheter

John Legend featuring Chance the rapper “Penthouse Floor” (2016, Columbia) Acheter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.