Yann CLERY

Lorsque plusieurs albums de grande qualité ont un même point commun, il faut se poser la question si ce point commun ne serait pas, par hasard, l’origine de cette qualité. Car enfin, Chlorine Free, Booster, Sandra Nkaké et les Jazz liberatorz, entre autres, ont un certain Yann Clery dans leurs rangs.

Il était donc temps de s’intéresser au monsieur dont le prochain album « solo » est prévu pour octobre 2022. Depuis vingt ans, ce flûtiste parisien et guyanais (ou inversement) semble choisir ses projets musicaux avec un certain soin. Rencontre.

Musiculture : Les projets, vous les choisissez comment ?

Yann Clery : Ils viennent souvent à moi, mais pour d’autres je provoque la rencontre. Pour « Chlorine Free », c’est un heureux hasard, Virgile m’a invité à jouer au 1e « New Morning » du groupe et m’a demandé d’intégrer la formation à l’issu du concert. Pour « Booster », c’est moi qui ai fait la démarche d’aller le rencontrer, j’étais un grand fan.

M : Quel rôle jouez-vous ? Est-il différent entre un « Booster » et un « Jazz Liberatorz » par exemple ?

Y.C. : Ça dépend vraiment des projets. Pour Booster, j’étais un « side man » donc j’exécutais des partitions avec un feeling personnel. Pour « Jazz Lib », ils avaient besoin d’écriture de thèmes pour la scène donc je m’y suis mis.

M : Ce rôle vous est-il imposé ou avez-vous un peu de liberté ?

Y.C. : Ça dépend vraiment du contexte et des groupes, ce n’est jamais la même configuration.

M : En quoi toutes ces expériences influencent-elle votre travail en solo ?

Y.C. : Elles m’ont apporté l’adaptabilité, la flexibilité et l’intelligence de groupe.

M : Le prochain album solo, où en êtes-vous ?

Y.C. : Il s’intitule en effet « Solo ». C’est un seul en scène avec des machines. Il est en cours de mastering, la sortie est prévue en octobre.

M : Comment sonnera t-il ?

Y.C. : Je voulais produire un album léger, pop et sans contraintes.

M : Des invités particuliers ?

Y.C. : Oui, une invitée, la MC écossaise SOOM T

M : Essayez-vous d’imprimer un style qui vous démarque des albums avec les autres ? Si oui, comment ?

Y.C. : Cela fait des années que je compose et écris avec une optique particulière. Mes spectacles étaient liés à la culture guyanaise, à la poésie Noire, à la Négritude et aux rythmes traditionnels avec une volonté affichée de les mêler à la musique moderne (rock, drum & bass, electro..). Aujourd’hui je suis sorti de ce schéma. Je compose pour des spectacles de danse, pour d’autres et pour moi bien sûr. Je ne m’impose pas de direction sinon l’assurance de belles mélodies dans un écrin harmonique qui leur correspond. Ensuite je les ‘juge’ recevable au pas d’être diffusées.

M : Yann « solo », il a la force ?

Y.C. : Yann ‘Solo’ je ne sais pas, mais Yann Cléry a toujours été animé par la force !

M : Dix albums ou dix titres marquants dans la vie de Yann Clery ?

Y.C. :

Miles Davis – Kind of Blue¨ Acheter

Roland Kirk – I talk with the spirits

Magic Malik – 6996 Acheter

Ella & Duke – Duke’s place Acheter

Moloko – I am not a doctor Acheter

Beastie Boys – Ill Communication Acheter

Bjork – Homogenic Acheter

Otis Redding – The dock of the bay Acheter

The Congos – fisherman Acheter

Noir désir– du ciment sous les plaines Acheter

Photos : Cyril Gabbero

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.