Beastie Boys

beastie paris Quand les Beastie Boys sortent leur premier album en 1986, ils provoquent rires, moqueries et colère. Rires parce que des petits blancs qui font du rap à l’époque, ça fait franchement rire la communauté hip-hop mais pas les jeunes étudiants blancs américains. Moqueries pour les mêmes raisons. Colère parce que des blancs, anciens punks, qui font de l’argent avec du rap, ça ne plaît pas à tout le monde.

La vérité, c’est que les Beastie ont le record de longévité dans le milieu rap. Ils débutent en 1986 sur le label “Def Jam” naissant en même temps que L.L. Cool J. et que Public enemy, entre autres. LL Cool J, exit depuis longtemps. Public enemy, exit depuis très longtemps et il en va de même pour ceux qui ont commencé leur carrière dans le rap cette année là. Donc : Respect !

Revenons sur le début des années 80. En ce temps là, les Beastie sont des clowns qui parodient le rap avec une gestuelle aussi éxagérée que leur look. “Licensed To Ill” et “Paul’s Boutique” sont fortement boudés par la presse et le public à leur sortie, voir ignorés. Mais avec le recul, on peut dire que ce sont des albums visionnaires dans le mélange des genres qui dominera les 90’s. Leur eclectisme est plus fort encore sur “Check Your Head” en 1992, album sur lequel ils jouent tous les instruments. Cet album marque leur entrée dans les meilleures ventes. En quelques années, ils apparaissent alors comme un groupe très ambitieux et l’un des plus influents des années 90. Leur label “Grand Royal” est également une réussite.

beastie jeunes

Les membres de ce trio, Mike D (Mike Diamond, 1966), MCA (Adam Yauch, 1965, décédé en 2012) et Ad-Rock (Adam Horovitz, 1967) viennent tous de classes sociales très aisées, de familles juives new-yorkaises et sont très tôt impliqués dans la scène punk underground de la grosse pomme. C’est Mike D et MCA qui forment les Beastie Boys en 1981 avec la batteuse Kate Schellenbach et le guitariste John Berry. L’année suivante, les Beastie sortent le titre “Pollywog Stew” sur le petit label “Ray Cage”. La même année, le groupe rencontre Horovitz qui a formé “The Young and the useless”. Début 1983, Schellenbach et Berry ont quitté le groupe pour rejoindre un certain Luscious Jackson tandis que Horovitz a rejoint les Beastie. Le single “Cookie Puss” voit le jour et devient un titre culte à New-York. 1984 est une année clef : Ils abandonnent la musique punk pour se consacrer uniquement au rap. Bonne idée !

krushgroove

Autre bonne idée : Ils choisissent Rick Rubin, co-fondateur de “Def Jam” avec Russel Simmons pour produire leur musique. Le label les signe en 1985. Cette année là, un an après la sortie du film “Beat Street”, c’est le film “Krush Groove” qui a du succès aux Etats-Unis. Les Beastie ont un titre sur la B.O. Il s’agit de “She’s On It” basé sur un sample du “Back In Black” des AC/DC et qui montre bien la direction que les Beastie vont prendre les années suivantes. 1985 est également l’année où ils assurent la première partie des concerts de…Madonna ! Si ! Si !, sur la tournée “Virgin Tour” où était votre serviteur. Là, mauvaise idée puisque les Beastie se font allègrement jeter par le public. Ils se reprennent vite en ouvrant les concerts de Run D.M.C., trio rap très populaire depuis 1980 dont le producteur est Rick Rubin. Ces experiences aboutissent à la sortie de “Licensed To Ill”. Pour les Run DMC, ce sera l’occasion de fusionner leur rap avec le rock, “Walk This Way”…Beaucoup de conservateurs voient en “Licensed To Ill”, un album stupide, pauvre et profane. “(You’ve Gotta) Fight To Your Right (to party)” , n’est pas très apprécié mais il permet de vendre 750 000 albums en six semaines, record de vente sur la période chez “Columbia”. Les Beastie et Rick Rubin sont un peu plus riches.

rick rubin Rick Rubin.

L’album est également la plus forte vente rap des années 80 et ça n’est pas au goût de tout le monde. Puisqu’on ne peut pas les prendre sur les ventes, on essaie sur les textes et ils sont vite accusés de machos sexistes et violents. Ils mettent de l’huile sur le feu lors de leurs concerts. Ceux qui étaient au “Rex”, Paris, en 1986 se souviennent encore du gros penis gonflable sur scène. En France, ça fait rire, pas aux Etats-Unis. Des procès s’enchaînent et ils sont accusés d’incitation au crime en 1987. Rigolent pas ces américains!

Pour toutes ces raisons, le trio décide de revoir son attitude, son image et sa musique pour l’opus suivant. Fini “Def Jam”, direction “Capitol”, la Californie et l’équipe de production “Dust Brothers”. “Paul’s Boutique” est très différent. Les samples y sont nombreux, les références à la culture pop aussi. “Hey Ladies” fait un carton en 1989 mais l’album n’est pas franchement une réussite commerciale à sa sortie. Encore une fois, c’est avec le temps qu’il deviendra une oeuvre culte et visionnaire. Lorsque les Dust Brothers font un carton avec l’album “Odelay” de Beck en 1996, tout le monde se souvient qu’ils sont aussi les artisans de “Paul’s Boutique” qui devient culte. C’est comme ça !

Pour “Check Your Head”, le trio décide de monter ses propres studios et son label pour plus de liberté et d’independance. “Grand Royal” devient réalité. L’album oscille entre hip-hop “old school”, funk et punk hardcore. Il est moins abouti que “Paul’s Boutique” mais tout aussi varié. A la surprise générale, “Check your Head” se classe dans les dix meilleurs ventes albums en 1992. “Jimmy James”, “Pass The Mic” et “So Watcha Want” sont de belles réussites single. On les entend dans de nombreuses universités et sur de nombreuses radios rock. Le milieu rap les boude mais ça n’est pas nouveau. Les Beastie profitent de cette popularité pour sortir la compilation “Some Old Bullshit” qui rassemble leurs premiers titres punk, ce qui plaît beaucoup à Christophe Lemaire.

1994 : “Ill Communication”, quatrième album studio, sort et entre directement N°1 des ventes. Les titres “Sabotage” et “Sure Shot” y sont pour beaucoup. Durant l’été 1994, ils partagent la scène avec Smashing Pumpkins. Cette fois, le public rap a définitivement quitté les lieux, inutile de le dire. Leur label “Grand Royal” prend de l’importance avec la sortie de “Natural Ingredients”, premier album de Luscious Jackson. Les Beastie lancent également le magazine “Grand Royal”. De vraies businessmen !

Les années suivantes vont être un peu différentes. On les entend moins et ils se concentrent davantage sur des causes politiques et sur la gestion de leur label. En 1996, le E.P. “Aglio e Olio” passent un peu inaperçu mais “The In Sound From Way Out !” Très orienté soul-jazz et funk surprend leur public. 1996 est aussi l’année où Adam Yauch organise un festival de deux jours pour soulever des fonds pour le Tibet. Finalement, le festival deviendra un rendez-vous annuel.

beastievieux

Leur très attendu cinquième album est commercialisé en 1998. “Hello Nasty” entre directement N°1 des ventes album à l’été 1998. Même succès pour “To The 5 Boroughs” six ans plus tard. Un an plus tard, les Beastie sortent le film / documentaire “Awesome : I Fuckin’ Shot That !” Le trio à déjà vingt ans de carrière, pas mal !

En 2009, Yauch annonce le cancer dont il décedera trois ans plus tard en mai 2012.

Un nouvel album est annoncé pour le printemps 2015…

Discographie

beastie Licensed To Ill (1986, Def Jam)***

beastie2 Paul’s Boutique (1989, Capitol / EMI)***

beastie3 Check Your Head (1992, Capitol / EMI / Grand Royal)***

beastie4 Ill Communication (1994, Capitol / EMI / Grand Royal)**

beastie the in The In Sound From Way Out ! (1996, Capitol / EMI / Grand Royal)***

beastie5 Hello Nasty (1998, Capitol / EMI / Grand Royal)***

beastie6 To The 5 Boroughs (Capitol / EMI)**

Artistes du même genre ou de la même époque : Run DMC, Tone Loc, 3rd Bass, Luscious Jackson, Biz Markie, Young MC, Fishbone, Cypress Hill.

One comment

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.