Freddy : Interview

 Le deuxième album de Freddy voit enfin le jour, neuf ans après son excellent “Mes Couleurs”. Petite discussion avec lui autour de ce nouvel opus.

 Musiculture : Ce nouvel album semble tourner autour de l’histoire de la chanson française. Tu fais de nombreuses références à des classiques dans tes textes. Pourquoi te centrer autant sur la chanson française ?

 Freddy : je me suis centré dessus parce que c’est une source d’inspiration inépuisable ! En France, nous avons un sacré héritage question chanson. Je suis vraiment un admirateur de légendes comme Gainsbourg, Brassens, Nougaro . Comment ne pas être inspiré par ces géants quand tu fais de la chanson française ? Impossible. Je ne me met pas à leurs niveaux, J’essaye de leur rendre hommage à ma petite échelle en faisant “groover” l’histoire à ma sauce.

 M : Qui sont tes musiciens ? Il y a un membre des “electro Deluxe” mais pour les autres, tu les as rencontré où et comment ?

 F : Pour les musiciens présents sur l’album, ce sont les mêmes qui me suivent sur scène depuis quelques temps déjà (Ça change un peu selon les dispos de chacun).Tout d’abord, Christophe Lardeau que j’ai rencontré à l’époque ou l’on travaillait ensemble sur l’album de Ben. C’est le papa ! Le pilier ! j’ai composé aussi avec lui, notamment le titre “Ça s’fait pas”. Pour Gael Cadoux, on s’est rencontré à l’époque du Label “such“. J’ai toujours aimé son touché et la collaboration s’est faite naturellement, de fil en aiguille. Pour Jeff Ludovicus, je recherchais un “drummer” pour une date et un ami m’a parlé de lui. J’ai eu un vrai coup de foudre pour le bonhomme et son jeu. Benoit dordolo m’a été présenté par Jeff. Super bassiste. Pour les cuivres, je connaissais le travail de Bertrand Luzignant et c’est naturellement que je me suis dirigé vers lui. Il m’a présenté Matthieu Haage, mon Trompettiste français préféré. Une histoire de bouche à oreille quoi !

 M : Tes textes sont ils un peu autobiographique ? 

 F : Oui, les titres sont, pour la plupart, autobiographiques. Ce sont vraiment des tranches de vie, excepté ‘Tiré tiré’, qui est plus une fiction…Heureusement d’ailleurs ! Depuis je me suis inscrit au club de tir près de chez moi. On sait jamais…

 M : As tu écrit textes et musiques seul ?

 F : J’ai écrit les textes seul excepté “N’oublie jamais” avec mon pote de toujours Pi-R. J’adore écrire avec d’autres auteurs. C’est vraiment stimulant. Et quand je n’ai personne sous la main, je m y colle ! Pour la musique, contrairement au 1er album que j’avais composé dans mon coin (avec l’aide de mon mentor et ami Tony desvarieux sur certaines chansons), j’ai préféré, pour celui là, composer directement avec d’autres musiciens afin d’avoir une couleur différente. Je n’aurai jamais fait une chanson comme ‘La chanson des puristes ‘ tout seul. Le partage, y’a que ça de vrai.

 M : Tu donnes également plus d’importance au jazz voir au rock (la rythmique de “vénale à souhait”) et c’est le cas sur “Comme un enfoiré (Jtaffe)”. Est-ce le cas sur tout l’album ?

 F : Effectivement, l’album est plus Jazz que le 1er, tout en gardant une rythmique solide, base de ma musique. J’ai évolué et je ne me voyais pas refaire un album purement nu-soul comme ‘Mes couleurs’. Mais cette “vibe” est encore là, notamment sur des titres comme “Helena” ou encore “Loin devant” composés avec Guillaume Poncelet.

 M : Aujourd’hui et depuis “mes couleurs”, tu es de plus en plus connu et reconnu pour tes textes, toujours bien écrit et souvent remplis d’humour, pour toi ou pour Ben : Réalisation d’un rêve ?

 F : Je ne sais pas si je suis reconnu. Je fais de mon mieux dans le style que j’aime. Après, tout est question de point de vue. Je suis bon pour certains, pas assez pour d’autres auditeurs…J’ai encore énormément à apprendre. Quand tu écoutes un gars comme Brel par exemple, ça force violemment l’humilité.

 M : “Ben l’oncle soul” est de la partie. Belle histoire entre vous, non ? 500 000 albums vendus avec des textes de Freddy, de la scène et pas n’importe lesquelles, vous vivez ça comment ?

 F : C’est une histoire assez incroyable et j’espère qu’elle durera encore longtemps. Ben et moi, c’est comme un vieux couple : On se prend la tête, on se “clashe”, on se réconcilie, on se kiffe de ouf…C’est du sport. L’amitié est bien là même si on se voit moins souvent qu’avant. Faut que je l’appelle d’ailleurs, ça fait un bout de temps:)…

Freddy “Un Jour J’écrirai” (2017, Rewax)*** Acheter , itunes   Freddysphere

Laisser un commentaire