Abou DIARRA

diarra Un peu comme si Wasis Diop et Ismael Lo s’étaient donné rendez-vous chez Abou Diarra…Sortie : 10 novembre 2016

Car ici, Abou Diarra met à profit les forces de ces deux musiciens : L’utilisation des claviers pour renforcer des mélodies puissantes (“Djarabi”), des boites à rythmes pour la modernité (“Djalaba”) et le côté blues traditionnel, nostalgique, majestueux (“Mogo Djigui”). Nous sommes parfois très proches de “Tadieu Bone” ou de “Ramata“.

Mais la musique malienne traditionnelle festive, joyeuse n’est pas en reste. Ecoutez “Sougou Mandi” et “Kamelen Kolon” et vous comprendrez…

Evidemment les cordes sont à l’honneur. Diarra est un spécialiste du n’goni (harpe malienne) et l’illustre invité Toumani Diabate pose sa kora sur deux titres.

Et tout cela sous la direction de Nicolas Repac, pilier du label “No Format”, musicien introspectif et homme de l’ombre, spécialiste du jazz et de la “world music” depuis longtemps déjà. Il assure ici guitare et samples.

Une plongée dans la “world music”, parfaite, quand tradition cotoie modernité pour un résultat sublime et intemporelle. Le tout emballé dans un contenant aussi soigné que le contenu : Un beau digipack avec photos et textes.

Abou Diarra Koya (2016, Autre Distribution)*** FNAC , Itunes

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.