Cymande

link_image_2 Complètement sous estimé et loin des médias au plus fort de sa carrière -c’est à dire au début des années 1970- le groupe Cymande s’imposera les décennies suivantes comme un groupe culte très puissant à l’influence et à la présence tout simplement incroyable.

Cette formation anglaise sera précurseur dans le mélange entre rythmes africains, rock, funk, reggae et soul. Trois albums en trois ans, un parcours éclair mais de profondes traces dans la culture urbaine. Le réalisateur Spike Lee est un bel exemple de leur influence. Il se servira à plusieurs reprises de leurs titres, dans la B.O. de son film “Crooklyn” et surtout dans celle de “24 heures avant la nuit”. Dans ce dernier, la scène culte tournée dans un club de Brooklyn avec DJ Dust aux platines utilise leur chanson “Bra”.

Les membres de Cymande sont tous des autodidactes. Steve Scipio (bass), Ray King (chants, percussions), Derek Gibbs (alto et soprano sax), Pablo Gonsales (congas), Joey Dee (chants, percussions), Sam Kelly (batterie), Patrick Patterson (guitare) et Mike Rose (alto, flûte, bongos) ont donc enregistré trois albums : Celui, éponyme, de 1972 (avec leur fameux “The Message” repris en France par MC Solaar dans son “bouge de là” en 1991), le “Second Time Round” de 1973 et le “Promised Heights” de 1974.

Dans les années 1990, la qualité de leur travail sera mise en évidence grâce aux rappers. On ne compte plus le nombre de rap samplant Cymande. Citons en vrac Raze, Master Ace, De La Soul, DJ Kool et les Fugees.

L’intérêt pour les Cymande permettra à ces artistes de connaître le succès commercial. Il donnera également lieu à des rééditions de leurs albums et à des compilations.

Plus de 40 ans après l’enregistrement de leur premier album, le son de leur musique est d’une modernité hallucinante. Il paraît qu’un nouvel album est sur le point de voir le jour…

Discographie

cymande1 Cymande (1972, Collectables)***

cymande2 Second Time Around (1973, Cherry Red)**

cymandepro Promised Heights (1974, Newhouse records)**

Artistes du même genre ou de la même époque : Mandrill, Charles Wright, Osibisa, Curtis Mayfield, James Brown, Mutiny, The Meters, Sly & the family stone, Slave, New Birth.

For Our English Friends

Although underappreciated and woefully overlooked during their original tenure together, the fine early-’70s outfit Cymande (pronounced Sah-mahn-day) was one of the first to merge African rhythms with rock, funk, reggae, and soul. Comprised of members who hailed from such exotic locales as Guyana, Jamaica, and St. Vincent, the nine-man lineup (who were all entirely self-taught) contained Steve Scipio (bass), Ray King (vocals, percussion), Derek Gibbs (alto/soprano), Pablo Gonsales (congas), Joey Dee (vocals, percussion), Peter Serreo (tenor), Sam Kelly (drums), Mike Rose (alto, flute, bongos), and Patrick Patterson (guitar). The band issued a total of three releases: 1972’s self-titled debut (which spawned one of their best-known songs, “The Message,” peaking at number 22 on the domestic R&B charts in 1974), 1973’s Second Time Round, and 1974’s Promised Heights — before splitting up.

But by the ’90s, Cymande became the recipient of a strong cult following as another track from their debut, “Bra,” was included on the soundtrack to Spike Lee’s motion picture Crooklyn, and several of their songs were sampled by rap artists (including Raze, Master Ace, MC Solaar, De La Soul, DJ Kool, and the Fugees). Due to sudden interest in Cymande, a pair of compilations were issued — a British double-CD titled The Message (which collected all three of their albums), a 13-track collection, The Soul of Rasta, and best of all, Renegades of Funk.

Laisser un commentaire