Gaël FAYE : Jardinier des mots.

 Gaël Faye est né en 1982 au Burundi d’une mère rwandaise d’ethnie tutsi, et d’un père français. Il doit quitter Bujumbura en 1995, lorsque le Burundi est atteint par ricochet par le conflit entre Hutus et Tutsis au Rwanda voisin.

Déraciné en région parisienne à Saint-Quentin-en-Yvelines (Yvelines), Gaël Faye souffre du froid et du béton, ainsi que d’un statut de métis jamais facile à assumer. Etudiant studieux, Gaël Faye est attiré par l’écriture, le rap, et le slam. Il débute cependant une carrière dans la finance avant de balancer le costume gris des traders pour celui plus décontracté de chanteur.

En 2008, il forme avec Edgar Sekloka rencontré en 2004, le duo “Milk Coffee and Sugar”. Inspiré par le rap soul de The Roots, Milk Coffe and Sugar sort en 2010 un premier album homonyme. Révélation du “Printemps de Bourges” en 2011, Milk Coffee and Sugar se produit ensuite en première partie de Hocus Pocus ou Ben l’Oncle Soul sans rencontrer le succès pour lui-même. Sans que le groupe ne soit séparé, Gaël Faye sort en 2013 l’album “Pili Pili sur un Croissant au Beurre” où il définit son identité avec le concours de Ben l’Oncle Soul et de l’Angolais Bonga.

Ça, c’était pour la bio.

Gaël Faye, c’est aussi et surtout une collaboration avec Guillaume Poncelet. Ce monsieur, ancien membre des Nojazz et étroit collaborateur des Electro Deluxe ou de Freddy s’est spécialisé dans la réalisation d’albums. Il était déjà là pour “Milk Coffee and Sugar”. Il est encore là pour “Rythmes et botaniques”. C’est un petit génie qui peut jouer du clavier tout en soufflant dans une trompette et qui maitrise les étapes de mix et mastering. Indispensable.

Gaël Faye c’est aussi et avant tout une plume acérée, une qualité d’écriture exceptionnelle. Le succès de son livre a mis en lumière cette qualité qu’il maitrise pourtant depuis longtemps. Mais le rap ou le slam n’ouvrent pas certaines portes. La littérature oui. Désormais, ses textes sont reconnus pour leurs qualités et leurs contenus et on prête un peu plus attention à ce qu’il dit. Tant mieux !

Il y a dans ce E.P. une force émotionnelle incroyable due en grande partie à l’utilisation des enregistrements de Lomax. Le succès du “play” de Moby en 1999 était déjà dû à son travail. Même chose pour la qualité rare de l’album des Alabama 65. “Tôt le Matin” et “Solstice” sont au dessus du lot pour cette même raison. “Paris métèque” est un magnifique hommage à Paris avec, encore, cette écriture précieuse et juste.

Mais alors, pourquoi un E.P. ? Quelle frustration !

Gaël Faye “Rythmes Et Botanique” (2017, Excuse My French / Universal)*** Acheter

(photo : Joel Saget, AFP)

Laisser un commentaire