Soul LEGNINI : Le Groove !

 Le pianiste Eric Legnini revient en solo avec un album soul puissant, technique, festif, inspiré, bref ! Un bon antidépresseur. 

Michelle Willis, anglaise-canadienne qui a récemment travaillé avec le collectif “Snarky Puppy” domine l’album. Elle est sur 4 titres. Anaëlle potdevin, sa compatriote de 29 ans, est là aussi. Ils avaient déjà travaillé ensemble en 2016. Charles X, jeune prodige américain de la soul aux deux albums absolument fabuleux est de la partie. Bien sûr Ibrahim Maalouf aussi. Je dis “bien sûr” car le succès de “Red and black light” doit beaucoup à leur association. Nathalie Williams, l’anglaise aussi à l’aise dans le jazz que dans la soul, comme lui, est de la fête. Enfin Yaël Naïm et Mathieu Boogaerts apportent une touche décallée par rapport à leur travail habituel.

Et que fait Eric Legnini avec tout ça ? Il se fait plaisir ! C’est palpable et ça transpire sur chaque titre. Car peu le savent mais Legnini est un grand fan de soul et de hip-hop. Là, il le montre de belle façon.

Le clavier Wurlitzer déjà largement exploité sur “Red & black light” est très présent et donne une texture soul “vintage” bien agréable surtout avec la voix de Willis comme sur le très réussi “Sick & Tired”. Et puis il y a cette légère touche electronique, subtile, exploitée avec les claviers mais aussi via des boites à rythmes très années 80. Voir le sombre, nostalgique et magistral “The Wire”. La côte Ouest des Etats-Unis des années 1980 façon B.O. du film “Breakin'” semble avoir inspiré Legnini. Que dire de la section rythmique bass-batterie sur “Here comes the beat man” ? Et bien qu’avec les petits gimmicks de guitare et le clavier, elle vous transporte directement dans le bureau de “Huggy les bons tuyaux” à la grande époque de la “blaxploitation“. Sûrement le titre le plus réussi en terme de groove. Sur “Living For Tomorrow”, Legnini prouve qu’il sait aussi faire de belles ballades soul. Un titre très funk 80’s, dans la lignée du travail de Patti Austin avec Jam & Lewis. A rapprocher également du “Wisdom” des Electro Deluxe. Les références sont nombreuses sur cet album. Legnini accède à notre mémoire collective et à nos émotions. Même lorsqu’il touche à l’Afrique, son savoir-faire nous ramène à Tony Allen ou à King Sunny Ade et à la grande époque du Nigeria des années 1970. Preuve d’une grande maitrise.

Comment ? Rien de négatif sur cet album ? Si ! Pochette pourrie qui ne reflète en rien la qualité du contenu.

Des albums comme celui-ci ne sont pas légion. Courez ! vous l’écouterez beaucoup et longtemps.

Eric Legnini Waxx Up (2017)*** Acheter

Artistes du même genre ou de la même époque : DJ Cam, 9 In Common, Tassel & Naturel, Electro Deluxe, Electrophazz

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.