Laurent De Wilde

dewilde Américain de naissance (il est né à Washington D.C.), Laurent de Wilde arrive en France à peine âgé de cinq ans. C’est dans l’hexagone qu’il étudie la philosophie (école normale supérieure de Paris) avant d’étudier aux Etats-Unis, Long Island précisément.

Là, il rencontre le pianiste puis ami Joey Calderazzo.

Il s’installe à New-York où il est pris en charge par des pianistes très influant comme Jim McNeely, Kirk Lightsey et Mulgrew Miller. 1987 : Premier album. Les suivants sont impressionnants par la technique et mènent à une signature avec la major “Sony” en 1994. Mais son jazz est encore très classique.

Ensuite, il passe son temps entre la France et les USA. Il a un public réceptif dans les deux pays. En 1992, il remporte le “Django Reinhardt Award” pour “meilleur musicien de jazz français” grâce à l’album “Open Changes”. En plus de son travail en solo, il joue avec une multitude d’artistes dont Greg Osby, Tom Harrell, Joshua Redman, Dee Dee Bridgewater, Aldo Romano et André Ceccarelli pour ne citer qu’eux.

En 1997, Joe Coleman (saxophoniste), Jack DeJohnette (batterie) et Eddie Henderson (trompette) enregistrent sur son cinquième albums. Il aura régulièrement de grandes pointures du jazz sur ses albums. Mais sa période la plus intéressante ne vient pas du nombre ou du nom de ses invités mais plutôt de la direction artistique choisie. A partir des années 2000, il expérimente, fusionne, prend des chemins peu explorés. C’est le cas en 2002 avec le magistral “Stories” chez Warner. La chanteuse Malia qui a déjà oeuvré aux côtés de Truffaz interprète un sublime “If I Could” soutenu par les programmations de Smadj. Il confirme avec “Organics” en 2004 et “The Present” en 2006, beaucoup plus électroniques, parfois genre “drum & bass” (“spintronix”). Sa musique est alors proche de celle de Bugge Wesseltoft. Il en sera de même avec “Fly” en 2010. En parallèle, il offre des oeuvres plus classiques comme “Over The Clouds” pour les puristes, enfin les intégristes du jazz plutôt.

Sa dernière idée en date : Un album duo avec le pianiste Ray Lema, lui aussi grand amateur de mélange.

Les voies empruntées par De Wilde peuvent parfois sembler un peu trop expérimentales ou difficiles d’accès. Oui, c’est vrai, mais elles sont toujours passionnantes et montrent de nouvelles directions. N’est-ce pas ce qu’a fait Miles Davis toute sa vie?…A suivre.

Artistes du même genre ou de la même époque : No Jazz, Alexandre Tassel, 9 In Common, Wise, DJ Cam, Bugge Wesseltoft.

Discographie selective

off the boat Off The Boat (1987, IDA Records)* Achetez

dewilde2 Odd And Blue (1989, 3D)***

dewilde3 Spoon-a-Rhythm (1997, Columbia / Sony)*** Achetez

dewilde4 Time 4 Change (2000, ESP)** Achetez

stories Stories (2003, Warner)***

organics Organics (2005, Nocturne)*** Achetez

the present The Present (2007, Autre)** Achetez

over Over The Clouds (2012, Gazebo)* Achetez

fly-superfly-visuels-1409758509-690 Fly Superfly (2014)* Achetez

Livre

livredewilde Les Fous Du Son (2016, Grasset)

photo de Sylvain Gripoix.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.