PRINCE PAUL

 Prince Paul, de son vrai nom Paul Edward Huston, est un DJ, producteur et compositeur de musique hip-hop née le 2 avril 1967 à Amityville, USA.

Ceux qui savent le placent très haut dans la hiérarchie hip-hop. Bien que née dans cette ville démoniaque possédée par le diable (voir le film du même nom), il n’a eu cesse d’apporter joie, bonheur et effet de surprise dans ses productions musicales. Il fut prolifique entre 1989 et 1999.

Prince Paul débute au sein du groupe “Stetsasonic”, fameuse formation rap de la première génération. Puis il apporte son savoir-faire à Boogie Down Productions, Gravediggaz, 3rd Bass, MC Lyte, Big Daddy Kane et bien sûr De La Soul. Le “3 Feet High And Rising” est son œuvre. Il en est l’artisan. Avec ses samples funk et multi-genres, il change la face du rap et ouvre de nouvelles voies.

En 1994, cinq ans après le choc De La Soul, il s’associe à “RZA” du Wu-tang et à “Frukwan” des stetsasonic pour former “Gravediggaz”. Un album sombre et bourré d’innovations. À ce moment précis, il a déjà un parcours long de dix années et il a changé la face du hip-hop tel un Miles Davis avec le jazz. Pas question de s’arrêter là. Il part à la recherche de nouveaux talents en quête de surdoués. Il recrute “The Automator,” Scott Harding et “Spectre”. Avec eux, il concocte le “Psychoanalysis : What Is It”, album solo de 1997. “A Prince Among Thieves” suit deux ans plus tard. Du rap “underground” appelé à émerger à la face du grand-public.

Ensuite, il forme “Handsome Boy Modeling School” avec the Automator. L’album “So…How’s Your Girl” impressionne et un rapide bouche-à-oreille le sert favorablement. Il faut dire que l’œuvre est fabuleuse. DJ Shadow, Grand Puba, Sadat X, Money Mark et d’autres se retrouvent sur l’album. La crème de l’époque pour un objet qui ne ressemble à rien d’autre. Une suite voit le jour en 2002. Prince Paul impose ses règles et casse les barrières.

En vingt ans, Prince paul a offert des albums surprenants, hors normes. Il a toujours su plaire aux passionnés de hip-hop, parlant parfois à un public plus large. C’est le cas avec “Talkin’ All That Jazz” des Stetsasonic ou avec de nombreux titres de “3 Feet High And Rising” (“Eye Know,” “Me Myself And I”, “Say No Go”…). Le label “Tommy Boy” lui doit beaucoup. Un maître.

Discographie Sélective (Compositeur / producteur)

 MC Lyte  (1989, Tommy Boy)*

 3rd Bass (1989, Def Jam)** Acheter

 De La Soul “Say No Go”  (1989, Tommy Boy) INDISPENSABLE *** 

Acheter , CD , Deezer

 De La Soul  “A Roller Skating Jam Named Saturdays” (1991, Tommy Boy)**

 De La Soul “Stakes Is High” (1996, Tommy Boy)***

 Gravediggaz “Pass The Shovel” (1994, Gee Street)*** Acheter

 Slick Rick “Behind Bars” (1994, Def Jam)** Acheter

 Handsome Boy Modeling “Once again” (1999, Tommy Boy)*** Acheter

 Gorillaz “Pac-Man” (featuring Schoolboy Q) 2004*** Acheter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.