Le vrai retour de MALIA

malia A son arrivée en 2002, Malia avait marqué les esprits grâce à sa voix et parce que Truffaz participait à l’album.

Sa présence, ainsi que celle de Marcello Giuliani, donnait une vraie valeur ajoutée à l’album. C’était également un beau tremplin pour un premier album.

Ensuite, il y eu des choix de production très discutables qui ont un peu éloigné l’artiste de son public.

Elle surprenait en 2014 avec un son emprunt d’électronique, subtil, élégant mais trop timide pour mettre en valeur son atout principal : Sa voix.

Avec “Malawi Blues”, Malia revient à la base entre un jazz pur tout en placement et la culture africaine de ses origines. Et là, croyez moi, on entend sa voix, celle de l’émotion, de la douceur avec des variations de timbre bien agréables à retrouver. Percussions, balayages de batterie, piano sont là pour la mettre en valeur. Sublime “Disgrace”, tribal “Malawi Blues”, authentique “Love Is Holding Both Our Hands” et des parallèles avec Asa, Etienne Mbappe, Ray Lema.

Ces derniers temps, Malia semblait se chercher un peu. A l’aube de ses 40ans, il semblerait qu’elle ait trouvé le style qui lui convient le mieux. Une musique traditionnelle et dépouillée enracinée dans l’Afrique et dans le jazz. Une musique à l’apparence simple mais efficace, légère et profonde, belle, acoustique, au service de sa voix. Fortement conseillé.

Malia “Malawi Blues / Njira” (2016)*** Acheter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.