Sleepy’s Theme

 Sleepy’s Theme” : Derrière ce pseudo se cache Pat “Sleepy” Brown, membre des “Organized Noise”. Les “Organized Noise” étaient les leaders de la musique noire à Atlanta dans un premier temps. Ensuite, ils sont devenus les producteurs leaders de la décennie 1990, aidés par LA & Babyface.classic logo

Pat Brown a de qui tenir. Il est le fils d’un membre de Brick, groupe funk très populaire des années 1970. Il va devenir un spécialiste des claviers très influent. Avec Rico Wade et Ray Brown et sous l’étiquette “Organized Noise”, il signe des hits marquants parfois inoubliables pour le trio féminin TLC (l’album “Waterfalls”) et pour les “En Vogue”. En fait, les deux collectifs féminins les plus imposants des années 1990. ça, c’est pour le R&B.

Côté rap, le trio de producteurs impose une marque de fabrique sur les albums de Goodie Mob et Outkast. En 1994, sur “Player’s Ball”, premier hit majeur des Outkast, c’est la voix de Sleepy en lead.

Avec cet album, Brown, Wade et Murray décident d’enregistrer leurs chansons pour eux. Ils avaient déjà posé des bases sous le pseudo “Society Of Soul” en 1995. Mais “Sleepy’s Theme” est plus abouti. Une rencontre presque parfaite entre soul des années 1960 et 1970 et R&B des années 1990.

onoise

L’album voit le jour en 1998 sur le label indépendant “Bang II”. “The Vinyl Room”, c’est son nom, ouvre de nouvelles voies pour les courants funk et soul. Bien sûr, les influences de Isaac Hayes, Barry White, Curtis Mayfield, Commodores, Isley Brothers, Earth Wind & Fire ou Gap Band sont palpables mais ici pas de plagia. En fait, “Vinyl Room” fait partie des tout meilleurs albums de l’année 1998 mais la promo très limitée en a réduit l’impact.

L’équipe d’Atlanta reproduit à merveille la soul des décennies 1960 et 1970 grâce à des ambiances. Mais leur musique ne sonne jamais retro. Là est le tour de force. L’ensemble est terriblement contemporain et l’esprit hip-hop est constamment présent. Les rythmes sont toujours mid-tempo, les bass terriblement groovy comme les gimmick de guitare (voir le terrible “Simply Beautiful”), les claviers (clavinet et fender) si “vintage” que vous vous retrouvez souvent en plein milieu d’un épisode de Starsky & Hutch. La période “Blaxploitation” vit sur de nombreuses chansons (“Still smokin'”, “Conversation”).

Il fallait une équipe aussi talentueuse pour réussir l’alchimie parfaite entre ces genres et ces périodes. Un album bon de bout en bout et du plaisir sur chaque note.

Sleepy’s theme “Vinyl room” (1998, Bang II)*** Acheter

Artistes du même genre ou de la même époque : Dallas Austin, The Neptunes, Timbaland, J Dilla…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.