L’intègre Rahsaan Patterson.

pattersoncloseupDepuis son arrivée en 1996, Rahsaan Patterson a fait preuve d’une intégrité et d’une qualité rare.

Il arrive la même année que Maxwell et Erykah Badu. Sa voix, son univers marque un retour à une soul pure, acoustique dans l’esprit des précurseurs des années 60 mais avec une touche funk façon années 80. On peut facilement le comparer à un Lillo Thomas.

 Il a débuté en chantant le gospel dès l’âge de six ans puis il quitte New-York avec sa famille pour s’installer à Los Angeles. Il reviendra quelques années plus tard sur la côte Est pour de petits rôles dans des séries TV ou dans des publicités. Début des années 90 et retour sur la côte Ouest pour enregistrer des demos et chanter comme choriste pour Martika ou Brandy, entre autres. Il se révèle également être un excellent auteur / compositeur. Ses chansons “Back To The World” pour Tevin Campbell et “Baby” pour Brandy rencontrent un franc succès commercial. Succès qui lui permettent de signer un contrat pour une carrière solo dont la première pierre est posée en 1996 avec l’album éponyme qui surprend tout le monde. Un sens du groove et de la ballade rare avec une voix vite identifiable à son seul nom. L’album “Love In Stereo” confirme son talent deux ans plus tard. Ensuite, un parcours sans faute sans jamais atteindre des niveaux de ventes exceptionnelles mais en satisfaisant toujours les passionnés de soul.

 Discographie

rahsaan pattersonRahsaan Patterson (1997, MCA)***. Entouré de Keith Crouch et de Jamy Jaz, deux producteurs en vogue au milieu des années 90, Patterson nous offre un album où les influences de Stevie Wonder sont évidentes. “Stop By”, “So Fine” et “Where You Are” sont les titres forts. Elégance, finesse et style sont au programme.

lovein stereoLove In Stereo (1999, MCA)***. Patterson fait appel à Van Hunt pour l’écriture. Un album un peu plus influencé R&B contemporain. Le titre “Get Here” utilisant subtilement un sample du “The Message” de Grandmaster Flash est le titre fort de cet album.

after hoursAfter Hours (2004, Dome records)**. Fini la maison de disques “MCA”. Patterson signe avec le label anglais “Dome” et marque un petit virage artistique. Ses influences sont davantage orientées vers le funk des années 80 façon Kleeer, Slave ou même Michael Jackson. Pas son meilleur album mais indéniablement le meilleur album soul de l’année 2004.

winesandspiritsWines and Spirits (2007, Dome Records)**. Un album plus varié que les précédents, avec de nombreuses directions artistiques. Un album qui nécessite plus de temps pour bien l’apprécier, plusieurs écoute mais au final, il traverse le temps avec succès.

ultimategiftThe Ultimate Gift (2008, Artistry). Un album de noël…ça plait aux USA parce que c’est dans leur tradition, ici…

bleuphoriaBleuphoria (2011, Dome)***. Sûrement l’album le plus gaie de son parcours. On a l’impression qu’il prend un plus grand plaisir à faire de la musique. Une invité de marque en la personne de Lalah Hathaway (mais il y en a quelques autres) et un titre qui plaira aux afficionados du funk des 80’s : “6AM”. Un titre dans la lignée des productions de Nick Martinelli avec le groupe Loose Ends qui fait immédiatement penser à “Hangin’ On A String”. Peut être son album le plus funk.

Artistes contemporains ou du même genre : Maxwell, Van Hunt, Lillo Thomas, Bilal, Omar, Musiq Soulchild, Mint Condition, Anthony Hamilton.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.