Kool & The Gang

kool1 Entre 1975 et 1985, ce groupe originaire de l’Ohio a profondément marqué la culture musicale populaire avec les chansons “Ladies Night”, “Celebration”, “Fresh”, “Joanna”, “Cherish”, entre autres.

Pendant leurs vingt années de carrière, les “Kool and the gang” placeront vngt-cinq chansons dans le top 10 des ventes singles, 10 sur la première marche du podium. Kool & the gang, c’est environ 25 albums et quelques standards comme le “Celebration” de 1980, hymne pour toute une génération.

Leur carrière est à diviser en deux périodes bien distinctes : Les années 1970 d’un côté, avec un funk très “roots” destiné à la population noire et les années 1980 de l’autre, caractérisées par la rencontre avec Eumir Deodato et une musique beaucoup plus pop.

“Kool & the gang” débute lorsque Khalis Bayyan (saxophone, claviers) et son frère Robert surnommé kool (bassiste) se lancent dans la composition d’une musique funk influencée jazz, très rythmée au groove imparable. Les racines africaines sont évidentes. Ils commencent sous le nom “Jazziacs” en 1966 largement influencés par le monde du jazz et des grands tels Miles Davis, John Coltrane, Mongo Santamaria ou Horace Silver. En 1968, ils décident d’une direction plus soul, plus funk pour vendre davantage et parce que c’est une direction évidente à cette époque. Les “Jazziacs” deviennent les “New Dimensions” puis les “Kool and the flames” (influences de James Brown) pour finir avec le nom définitif de “Kool & the gang”. Nous sommes en 1969. L’entrée dans la décennie 70 rime avec succès. La première formule du groupe va laisser des traces beaucoup plus profondes que leur deuxième période pourtant beaucoup plus commerciale. “Funky Stuff”, “Jungle Boogie”, “Wild and Peaceful”, “Hollywood Swinging” sont des titres marquants de l’ère funk. Une musique de fête aux chants minimalistes se limitant souvent à de simples refrains sans couplets, une section de cuivres terrifiantes, des rythmiques bass-batterie redoutables et d’excellents riffs de guitare : C’est ça “Kool & the gang” à cette époque.

kool2

Mais leur succès est souvent limité à la communauté noire et aux classements R&B. Clairement, Kool & the gang ne touche pas le public américain blanc. Tout va changer dans les années 1980. On va même assister à l’inverse : Un groupe très populaire dans le public blanc et un peu coupé du public noir branché funk et R&B. Deux raisons à cela : L’arrivée de James Taylor, chanteur à la voix suave, sexy, vite identifiable et celle du producteur Deodato. Leur musique est davantage axée sur les mélodies et sur la voix principale. Cette fois, kool & the gang offre de vraies chansons avec une structure refrain-couplet classique. Deodato partage leur passion pour le jazz mais son approche est très pop. Sa présence, son style de production, donnent naissance à la chanson “Ladies Night”, N°1 au classement R&B et N°8 au classement pop dès sa sortie. Là, les dollars coulent à flot. Et ça ne s’arrêtera plus entre 1980 et 1985.

James Taylor pour des questions d’égo, part en 1988. Ce départ marque la fin de la carrière du groupe. Les albums suivants n’auront aucun succès. Kool & the gang ne plaît plus au public blanc et la formation a perdu son public noir depuis longtemps. Une belle leçon pour les artistes suivants : Ne jamais perdre son public de base ou suivant la formule de Maceo Parker lors d’une interview que nous avons eu ensemble : “Si les gens aiment le café noir, ils ne veulent pas de lait dedans !”. Mais les Kool & the gang auront rentrés assez de millions de dollars pour être tranquilles.

Discographie Selective 

kool69 Kool & the Gang (1969, De-Lite)***

kool2 Music Is The Message (1972, Mercury / Universal)***

kool3 Good Times (1972, Mercury / Universal)**

kool4 Wild And Peaceful (1973, Mercury / Universal)***

koollight Light Of Worlds (1974, Mercury / Universal)**

spirit Spirit Of The Boogie (1975, Mercury / Universal)***

 ladiesn Ladies Night (1979, De-lite)**

celebrate Celebrate ! (1980, De-lite)**

somthings Something Special (1981, Mercury / Universal)***

intheheart In The Heart (1983, Mercury / Universal)*

emergency Emergency (1984, De-lite)**

Artistes du même genre ou de la même époque : Cameo, Ohio Players, War, Heatwave, Slave, Commodores, Earth Wind & Fire, The Isley Brothers, B.T.Express, Mandrill, The Gap Band.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.