Alyson WILLIAMS

alyson La chanteuse Alyson Williams a traversé les décennies 1980 et 1990 comme choriste d’abord puis comme chanteuse lead dans des groupes avant de se lancer en solo.

Elle écumait les studios de New-York dans les années 1980 comme choriste. A ce titre elle a chanté avec de nombreux artistes du milieu funk. Mais elle pouvait aussi bien chanter des titres soul façon 60’s que des titres “new-jack swing” très urbains.

Les amateurs de funk ont entendu sa voix avec Curtis Hairston, Melba Moore, B.B. & Q. band, Cashflow, Unlimited touch, Bobby Brown et Barbara Mitchell. En 1982, elle devient membre à part entière du groupe “High Fashion”. Elle chante également avec la formation “The Affair”.

En 1986, ses débuts en solo sont très laborieux. Sa reprise du “Yes We Can Can” des pointer Sisters ne fait pas grand bruit.

C’est avec le label “Def Jam” puis sur “OBR”, labels de Russel Simmons, qu’elle va connaître le succès. Le label mise d’abord sur elle avec des duos. En 1986, ses apparitions sur les “Got The Right Attitude” et “Love Is…” de Tashan sont tout à fait remarquables. Même chose en 1987 sur le “Make You Mine Tonight” enregistré avec Chuck Stanley. Enfin, elle chante avec Oran Juice Jones sur la chanson “How To Love Again” tiré de l’album “G.T.O.: Gangsters Takin’ Over” de celui-ci.

Ces quatre artistes forment l’écurie soul du label “Def Jam” lançée par Simmons en 1986. Leur succès commercial sera assez mince. Leur impact sur les amateurs de soul énorme.

C’est en 1989 qu’elle connait enfin un énorme succès commercial en solo. Son titre “Sleep Talk” figurant sur son album “Raw” est très populaire chez les amateurs de musiques urbaines. A l’époque, c’est la new-jack et le hip-hop qui mènent la danse de l’industrie du disque. “Sleep Talk” et son break sont sur de nombreuses radios et dans les programmations de beaucoup de DJ en clubs et en soirées. Le succès sera éphémère.

Son album de 1991 pourtant produit conjointement par Al B.Sure!, le groupe “The Deele” (Kayo et Daryl Simmons) et par les producteurs maison (Vincent Bell et Alvin Moody) est un echec. L’ensemble est bien trop soul “old school” dans une époque dominée par Guy, Bobby Brown, Today, Wrecks N Effect et toute l’écurie “G.R. Productions”.

On y entend pourtant de beaux duos avec Jeff Redd et Chuck Stanley et ses talents de chanteuse sont parfaitement mis en valeur mais trop “old fashion” ! Depuis, elle enregistre de temps à autre. Elle se fait rare.

Discographie

Solo

alyson1 Raw (1989, Def Jam)** Acheter

alyson2 Alyson Williams (1991, Columbia)**

alyson3 It’s About Time (2004, Three Keys Music)**

Choriste ou invitée

melba6 The Other Side Of The Rainbow (1982, Capitol / FTG)*** Acheter

high fashion High Fashion “Feelin’ Lucky” (1982, EMI)*** Acheter

cashflow Cashflow “Cashflow” (1986, FTG)*** Acheter

tashan1 Tashan “Tashan” (1986, Def Jam)*** Acheter

bobby1 Bobby Brown “King Of Stage” (1987, MCA)* Acheter

curtis Curtis Hairston (1987, Atlantic)*** Acheter

alyson4 Brian Lenair / Alyson Williams “Eye Of The Storm” (2010, CD Baby)* Acheter

Artistes du même genre ou de la même époque : Tawatha Agee, Melba Moore, Meli’sa Morgan, Lalah Hathaway, Gladys Knight, Mary J Blige

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.