1988

 Alors que s’ouvrent les “jeux olympiques d’hiver” au Canada (Calgary) et que la pyramide du Louvre est inaugurée dans la polémique, la guerre fait rage entre l’Iran et L’irak.

En 1988, François Mitterand était réélu président de la république et Mikhail Gorbatchev prenait la direction de l’union soviétique pour changer le monde un an plus tard. George Bush père, aussi intelligent et sensible que son fils, était élu à la tête des Etats-Unis pour changer lui aussi l’ordre du monde avec une “tempête du désert”. Le monde est instable et des changements profonds aux conséquences imprévisibles sont en cours.

Il en va de même dans les musiques urbaines. Le genre “new-jack swing” fait une entrée fracassante et change le visage des musiques noirs. Une grande claque dont les générations précédentes ne se remettront pas. Le rap sort de plus en plus de New-York et la côte Ouest lui en discute la suprématie. Dans ce maelstrom, quelques stars résistent telles Prince, James Brown ou Michael Jackson mais pour peu de temps encore. “Tu t’en souviens ?”…”Comment? ! T’étais pas née ?!” “Et toi ?…Ah, t’étais trop petit. Alors écoutez ce que nous aimions à l’époque, nous les vieux 🙁 “

 

 Womack & Womack Teardrops (Island)** Acheter

Mega hit planétaire de Cecil et Linda Womack. Le duo avait déjà travaillé dans l’ombre avec Sam Cooke, Wilson Pickett et Aretha Franklin. Cette fois il est en pleine lumière.

 Sade Paradise (Epic / Sony)** Acheter

Troisième album de Sade pour Sony cette année là. “Stronger Than Pride” est moins fort mais il confirme les talents de la nigérienne, anglaise d’adoption et de son producteur Stuart Matthewman. Elle résiste plutôt bien face au hip-hop et au raz-de-marée Teddy Riley.

 TTDA Wishing Well (Columbia / Sony)*** Acheter

Sorti en 1987, l’album couvre toute l’année 1988. Il faut dire que le premier album de l’artiste ne manque pas de hits single : “Wishing Well”, “Rain”, “Sign Your Name”, “If You Let Me Stay”…TTDA se place au rang des grands le temps d’un album.

 Prince Alphabet Street (NPG )*** Acheter

“Eye No”, “Alphabet Street”, “Love Sexy”, “When 2 R In Love”, “I Wish U Heaven”…Quatre ans après “Purple Rain” le nain pourpre prouve qu’il faut encore compter avec lui.

 Michael Jackson Dirty Diana (Epic / Sony)** Acheter

Dans la lignée d’un “Beat It”. Un titre rock, dur, minimaliste dans lequel Michael règle ses comptes avec Diana Ross.

 Bobby Brown Don’t Be Cruel (MCA / Universal)*** Acheter

Après une première tentative en solo, l’ancien leader du groupe New Edition réitère l’essai : Succès planétaire grâce à Babyface et Teddy Riley aux manettes. L’album de l’année : “Don’t Be Cruel”, “My Prerogative”, “Roni”, “Every Little Step” sont des hits singles.

 James Brown Static (Scotti Brothers)*** Acheter

Après quelques années difficiles, le “godfather” retrouve le chemin des meilleurs ventes et surtout regagne le coeur de la rue. Les Full Force sont responsables de cette réussite. Dernier succès pour le maitre et à nouveau un “break” de batterie d’anthologie.

 NWA Express Yourself (Priority records)*** Acheter

Leur biopic a tout dit. Vu de France, leur arrivée explose la structure de la communauté hip-hop avec des revendications américaines qui ne trouvent aucune réalité dans l’hexagone. NWA et public enemy divisent plus qu’ils ne rassemblent. Mais la production de Dr Dre et la voix de Easy E sont absolument irrésistibles.

 Public Enemy Rebel Without A Pause (Def Jam)*** Acheter

Celui qui n’a pas vécu sur l’instant l’arrivée de ce groupe et surtout de ce titre ne peut en comprendre l’effet et les conséquences. Une bombe ! Chuck D prend le leadership du rap revendicatif. Sa hargne marque toute la communauté hip-hop. James Brown est encore bien présent grâce à ce titre qui utilise le “Funky Drummer” de belle façon. Ça nous rendait dingue…

 Eric B & Rakim No Competition (MCA)*** Acheter

Après un premier album remarqué et remarquable, le duo confirme un an plus tard et de quelle façon. “Follow The Leader” est meilleur et contient ce titre ainsi que “The R” et le titre éponyme. Rakim s’impose comme une voix historique de la culture hip-hop.

 Ice T Power (Sire Records)** Acheter

Ice T n’est pas un nouveau venu dans le rap. En 1984 on l’entendait déjà sur le génial “Reckless” de Chris Taylor. Mais avec “Power” il participe largement à la réussite du rap côte ouest façon NWA c’est à dire avec beaucoup de provocation. La même année il signe le rap “Colors” pour la B.O. du film du même nom dont le sujet est la guerre des gangs à L.A. et s’impose ainsi comme une grande figure du rap.

 Al B Sure If I’m Not Your Lover (long version) (Warner Bros.)** Acheter

Alors que Teddy Riley impose le “new jack swing”, un jeune homme gagne le concours “Sony Innovators” grâce au vote déterminant de Quincy Jones. Une musique vraiment neuve, entrée d’un producteur talentueux (Kyle West) et d’un jeune homme charismatique. “Rescue Me”, “Off On Your Own (girl)” et ce titre marquent l’année et enterrent pour longtemps le funk traditionnel.

 Johnny Kemp Just Got Paid (Columbia / Sony)** Acheter

Teddy Riley et son acolyte Gene Griffin au contrôle. Un titre qui confirme la popularité grandissante du style “new jack” et une entrée au “top 10” pour Johnny Kemp. D’une efficacité redoutable dans les soirées et dans les clubs en 1988.

Keith Sweat I Want Her (Elektra / Warner)*** Acheter

L’album qui donne naissance au genre “new jack” swing grâce au titre “I Want Her”. Entrée du producteur Teddy Riley qui va dominer les dix années suivantes. Un grand disque dans l’histoire des musiques noires. Sorti fin 1987, l’album domine l’année 1988.

 Guy I Like (MCA)*** Acheter

Quelques mois après le “I Want Her” de Keith Sweat, Teddy Riley revient avec son groupe, le trio “Guy“. Un nouveau titre marquant dans sa carrière : “I Like”.

  Tony Toni Toné Little Walter (Polygram)*** Acheter

Sans bruit, le trio fait son entrée cette année là. Un premier album plus qu’encourageant grâce à ce titre. Raphael Saadiq suivra ensuite une belle carrière solo comme artiste et comme producteur les vingt années suivantes.

 New Edition Boys To Men (MCA)** Acheter

L’année de la “mutation” pour les ptits gars de Boston. Avant 1988, ils sont des ados au look d’ados qui chantent pour des ados. Direction Minneapolis pour retrouver les producteurs “Jam & Lewis” et voilà ! Les new edition sont un groupe pour adultes qui signe ici son meilleur album.

 Luther Vandross I Wonder (Epic / Sony)*** Acheter

Pour beaucoup “Any Love” est le plus bel album de Vandross. Peut être. Il est vrai que l’album contient également les chansons “I Wonder”, “Are You Gonna Love Me”, “For You To Love” et “Come Back”. Il est aussi vrai que le duo formé avec Marcus Miller fonctionne ici à merveille. Oui, un très grand disque dans la carrière du chanteur prodige.

 Cherelle Keep It Inside (Tabu records)*** Acheter

Les producteurs Jam & Lewis cherchent une deuxième Janet Jackson, leur plus gros succès comme producteurs. Avec Cherrelle, ils n’atteindront jamais le grand-public. Mais les amateurs de funk seront ravis par les duos de la chanteuse avec Alex O’Neal et par ce genre de titre “mid-tempo”.

 Cinema “Wrong House (A&M)***

 

Laisser un commentaire